Apprendre le sensible en écoles d’art – Compte-rendu

Compte rendu de séminaire

Cycle de séminaires sur les processus de professionnalisation dans les formations supérieures artistiques

Séminaire 2
8 juin 2016,
au Centre national des arts du cirque (Cnac),
Châlons-en-Champagne

Animée par Patrick Chapus (École Supérieure d’Art et de Design) et Tony Froissart (Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations, URCA), cette journée était consacrée à l’apprentissage du sensible en école d’art.

Il a été question dans ce séminaire d’aborder les pratiques pédagogiques spécifiquement nouées autour de situations expérimentales et processuelles. Plusieurs questions ont aiguillé les échanges autour de cet apprentissage du sensible en école d’art :

  • De quelle sensibilité parle-t-on ?
  • En quoi sensibilité et création peuvent-elles être liées ?
  • Comment sont-elles reliées dans les pratiques pédagogiques ?
  • Comment délimiter les contours d’une profession d’artiste ?
  • Comment formel et informel peuvent-ils se conjuguer, se compléter dans ces pédagogies ?

Plusieurs pistes ont été dégagées à l’issue de cette journée d’échange. Il apparaît que l’apprentissage du sensible nécessite un climat de confiance entre enseignant et apprenant. Le processus d’accompagnement, déjouant la posture académique du « professeur », peut être basé sur l’écoute des situations réelles, avec une adaptation constante à ce qui a lieu au fil de l’apprentissage. Ainsi, des postures favorisant le « faire » et le « laisser-faire » doivent donner à l’apprenant les conditions d’une appropriation et d’une activation des contenus et méthodes transmises, avec la possibilité de remettre en question des postures éducatives apprises au préalable. Certains dispositifs comme le suivi individuel peuvent favoriser ces formes d’engagement dans l’apprentissage en accordant à l’expérience une valeur formatrice et en valorisant le processus davantage que le résultat.

[Télécharger le compte-rendu de ce séminaire]

N.B. : Ce document de synthèse rend compte d’une réflexion en cours. Il doit être considéré comme un document de travail et en aucun cas comme la conclusion d’une recherche scientifique. Ce cycle de séminaires donnera lieu à une publication en 2017.