Actualités – Textiles innovants : synthèse de l’étape 1 / second semestre 2016

Le développement d’un vêtement de protection pour les agrès de cirque est mené en partenariat avec l’IFTH (Institut Français du Textile Habillement) dans le cadre de l’axe de recherche sur les matériaux. Depuis l’automne 2016, plusieurs phases de prototypage textile ont été amorcées dans les locaux de l’IFTH, coordonnées par Monsieur Victor Spazzola.

Les enseignants, étudiants et personnels du Cnac accompagnent l’IFTH dans la conception et la mise au point de ce textile de protection en apportant des éléments concrets issus du terrain artistique. Les étudiants circassiens du Cnac ont pu tester les premiers échantillons textiles en situation et plusieurs costumières spécialistes du cirque ont été interrogées autour de la thématique de la protection des zones sensibles pour les artistes circassiens en condition de spectacle.

Les étudiants en demande d’une protection optimale

Les échantillons tricotés par l’IFTH se présentent sous forme tubulaires, et sont portés par les étudiants autour de la taille lors d’un court entraînement. Les essais ont été effectués par des étudiants en corde lisse, tissu et mât chinois, avec les figures les plus soumises au frottement et au risque de brûlure sur chacun des agrès.

Noora Pasanen (29e promotion) à la corde lisse

L’adhérence est pour eux un facteur clé, afin de combler un problème qu’ils rencontrent souvent avec les protections qu’ils ont l’habitude d’utiliser : le vêtement vrille, puis se troue. Le tissu ne devrait absolument par plisser ni vriller. Certains étudiants ont souligné l’efficacité des échantillons sur ce point – il faut donc, pour que l’adhérence soit optimale, que la protection soit parfaitement ajustée au gabarit de chacun.

Lorsque l’échantillon est porté sous un vêtement, et dès lors que la protection adhère bien à la peau, l’efficacité est au rendez-vous. Les étudiants en mât chinois suggèrent de pouvoir porter sous leur t-shirt ou vêtement d’entraînement habituel des pièces qui protégeraient des zones précises (ventre, bras, etc.), les plus soumises aux brûlures et frottements.

Par contre, le vêtement porté seul ne permet pas d’éviter les brûlures visibles sur la peau. La sensation de brûlure est fortement corrélée aux épaisseurs portées – plus il y a d’épaisseur, plus la peau est protégée. L’échantillon proposé, relativement fin, doit être combiné avec des épaisseurs textiles pour montrer son efficacité. Un tricotage plus épais pourrait être envisagé dans le cas où des combinaisons de protection adaptées à chaque circassien soient mises en place.

L’innovation textile pour la protection des artistes en situation de représentation – paroles de costumières de cirque

Neuf costumières ont généreusement répondu à une série de questions concernant leur utilisation des matières textiles pour la protection des artistes de cirque. Leur connaissance des textiles et des spécificités de leurs emplois dans la discipline circassienne souligne la pertinence du chantier de création d’un textile innovant.

… Avec vue sur la piste – Spectacle de fin d’études de la 27e promotion du Cnac.
Costumes : Nadia Léon, assistée de Patricia de Petiville
© Christophe Raynaud de Lage
La Tribu Iota – Spectacle de fin d’études de la 12e promotion du Cnac
Costumes : Odile Hautemulle
© Philippe Cibille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs pistes ont pu être synthétisées suite à leurs retours.

Concernant l’utilisation possible par les costumières des textiles d’entraînement des circassiens :

  • Ce tissu serait utilisé en « pièces » ou bien sous la forme de sous-vêtements, à porter sous le costume pour protéger les zones sensibles.
  • Le tissu devrait donc idéalement englober les contraintes de toutes les disciplines, être polyvalent. Les costumières peuvent ensuite travailler à adapter le costume aux contraintes d’une discipline particulière.
  • Le tissu doit être le moins visible possible, et devrait pouvoir être teint.

Dans la pratique de la création costume, le choix de l’emploi d’un textile pour diverses propriétés permet d’adapter chaque pièce à l’artiste qui la porte et à la discipline qu’il/elle pratique. Permettre au circassien d’être à l’aise et libre dans ces mouvements est une contrainte primordiale, qui guide de nombreux choix effectués par les costumières :

  • L’utilisation de matières respirantes et élastiques (en grande majorité des jerseys de coton, avec 2-3% d’élasthanne) est toujours privilégiée, pour l’aisance des circassiens.
  • Les matières naturelles sont souvent préférées car elles sont plus confortables, plus respirantes, moins chaudes et plus résistantes.
  • L’utilisation de matières microfibres ou jersey extensible est possible, mais nécessite d’avoir une machine adéquate pour les travailler.
  • La pratique de la teinture est courante : elle nécessite d’avoir à disposition des matières qui peuvent être colorées, donc blanches, et plutôt naturelles – celles-ci prennent mieux la teinture, pour un meilleur rendu artistique.
  • La gestion de la sueur, corrosive pour les textiles, nécessite des lavages très fréquents des textiles ; l’emploi de matières solides au lavage, au séchage et d’entretien facile est toujours privilégié.
  • La gestion de la chaleur contraint à employer assez rarement des lainages. Des matières trop chaudes seraient intenables pour les circassiens, surtout en spectacle.
  • Les tissus techniques et/ou sportifs pourraient être davantage employés, mais restent très chers pour être utilisés dans le domaine du costume de cirque.
  • La peau étant en contact direct avec le tissu, et de plus dans des situations de transpiration, il faut être vigilant quant à la toxicité des matériaux (absorption des nanoparticules par les cellules de la peau).

La protection des zones sensibles sollicitées chez les artistes – et plus particulièrement en mât chinois, à la corde ou au tissu – est au cœur de la pratique des costumières. Elles utilisent plusieurs « combines » et matériaux, là encore, adaptés à chacun :

  • Des tissus élastiques peuvent être cousus en plusieurs épaisseurs pour protéger des brûlures, par exemple l’utilisation conjointe de jean élasthanne et jersey.
  • Des empiècements sont réalisés pour renforcer et solidifier les zones sollicitées dans leur résistance (l’entrejambe ou les genoux par exemple).
  • L’entoilage ou le doublage du tissu « extérieur » du costume peut être effectué pour éviter le frottement direct sur la peau avec l’agrès qui occasionne des brûlures. Le port de collant est aussi très pratique.
  • Le Kevlar, une fibre synthétique très résistante, peut être utilisé en patch, combiné au tissu du costume et à une couche de ouate pour la protection de la peau.
  • Le cuir est efficace pour protéger des brûlures ; des empiècements peuvent être placés sous un costume.
  • Pour la corde ou le cerceau notamment, des ceintures matelassées peuvent être créées ; l’utilisation du molletonnage est fréquente.
  • La création de soufflets au niveau des articulations favorise l’aisance de mouvement et évite que le tissu ne craque et ne s’élime.
  • Les renforts au niveau des coutures sont très fréquents : emploi de fils résistants, double-couture, doublage au niveau des coutures.
Over The Cloud – Spectacle de fin d’études de la 26e promotion du Cnac
Costumes : Emmanuelle Grobet
© Christophe Raynaud de Lage

Une recherche en mouvement

Grâce aux retours des étudiants et des costumières, l’IFTH a mis au point une seconde pièce d’étude permettant d’augmenter l’épaisseur du tricot initial, afin de compenser les multiples couches actuellement nécessaires à la protection des brûlures.

En comparant les demandes des étudiants d’une part (textile en situation d’entraînement) et les retours des costumières d’autre part (textile en situation de représentation), il semble que la recherche doive se tourner vers la possibilité de créer des pièces liées aux zones sensibles de chacune des disciplines. Les étudiants pourraient les porter sous leurs vêtements d’entraînement habituels, et les costumières pourraient utiliser les pièces, voire même les créer dans le tissu, sous forme de patch, d’empiècement ou de sous-vêtement, comme elles ont l’habitude de le faire pour protéger au mieux les artistes en condition de spectacle. La création d’un vêtement, prévue initialement, nécessiterait d’adapter le tricotage à chaque morphologie, ce qui semble moins polyvalent que le fait de mettre à disposition des artistes et des costumières un tissu résistant et protecteur.

————————————————————————————-

Nous remercions chaleureusement les neuf costumières qui ont partagé généreusement ces connaissances et les spécificités propres à leur métier :

Melinda Mouslim travaille notamment avec les Compagnies AOC, Kiaï, Les Mal Lunés et Les Hommes Penchés. Elle intervient aussi bien sur des petites formes (solos ou duos) que sur des formes plus imposantes, en collaborant notamment sur les projets d’écoles de cirque (ESAC, Cnac), pour lesquels une quinzaine de costumes différents peuvent être réalisés. Son approche valorise le costume « naturaliste », proche du vêtement quotidien, sans artifice, favorisant la proximité avec le spectateur en jouant de la ressemblance sociale.

Emmanuelle Grobet est costumière pour le cirque, pour le théâtre et pour les arts de la rue. Elle accompagne les compagnies Un loup pour l’homme, Anomalie, Les Désaccordés, Les Arrosés, et travaille régulièrement avec Jérôme Thomas. Dans les pratiques acrobatiques, elle met en valeur le corps et son agrès, tous deux formant un duo inséparable. Elle apprécie particulièrement le travail du costume de clown, pour lequel l’intimité costume-personnage est très vive. Elle travaille beaucoup la teinture et les matières naturelles.

Nadia Léon collabore avec les compagnies XY, The Rat Pack et les Nouveaux Nez. Elle travaille également sur des spectacles de danse, pour l’opéra et pour le théâtre. Dans son travail, elle privilégie toujours ce que raconte le costume et ce qu’il renvoie en lumière, puis elle l’adapte à l’artiste et à sa discipline pour qu’il soit à l’aise et que le costume l’aide à raconter cette histoire.

Fabienne Varoutsikos a été costumière pendant 30 ans avant de se reconvertir dans l’artisanat textile. Elle a notamment travaillé à la création costume du spectacle de la 20e promotion du Cnac, Première, et elle est intervenue auprès de trois promotions pour les sensibiliser à l’esthétique et au sens véhiculé par le costume, même et surtout lorsqu’il s’agit d’un vêtement « de tous les jours ». Pour elle, les différents modes de création – sons, visuels, lumières – doivent accompagner l’imaginaire des artistes et les aider dans leur pratique, et le costume participe à ce titre au message que l’on veut faire passer au public.

Odile Hautemulle travaille à Berlin au sein de deux cabarets-cirque : le Palazzo et le Chamäleon. Elle est également costumière pour la Compagnie GOSH et pour plusieurs artistes du Cirque du soleil. Elle souligne et habille le corps très particulier de chaque artiste selon sa discipline. Ses costumes sont comme des « secondes peaux » qui sont le miroir de l’âme de l’artiste, cristallisent ce qu’il souhaite signifier, comme personnage et dans sa pratique spécifique d’un agrès.

Elsa de Witte est artiste (Compagnie Bêtes de foire) et costumière pour le cirque et le théâtre de rue. Elle créé également des costumes pour les marionnettes. Elle aime travailler à partir de « l’image d’Epinal » des costumes de cirque : les vestes en velours, le clinquant, l’uniforme, la tradition clownesque. Les matériaux recyclés, chinés, ré-employés, lui permettent de travailler sur des bases existantes qu’elle va adapter à la pratique en mouvement des artistes de cirque.

Fanny Mandonnet est costumière pour le théâtre, le cinéma, la danse et le cirque. Elle travaille notamment avec la Compagnie Cheptel Aleikoum, avec qui elle a pu partir en tournée. Elle a également collaboré avec Nikolaus (Cie Pré-o-coupé), la Compagnie Ordinaire ou Ultimo Momento. Ses costumes sont avant tout l’élaboration d’une pensée, d’un langage, d’un imaginaire, capables d’allier la technique et le signe.

Nadia Genez est costumière pour le Cirque Plume. Elle travaille également beaucoup pour la danse, avec des compagnies de hip-hop et avec le Centre chorégraphique de La Rochelle notamment. Elle aime concevoir pour chaque artiste une panoplie de vêtements, de la culotte à la veste, que chacun peut s’approprier au mieux. Sa propre interprétation de l’univers du metteur en scène s’exprime dans une « écriture costume » alliant artistique et technique.

Elza Renoud est aujourd’hui trapéziste, après avoir été costumière pour le théâtre, l’opéra, le cinéma et la danse. Elle a conçu et réalisé les costumes de la Cie Tout Fou To FLy pendant plus de 15 ans et participe maintenant, avec une autre trapéziste-costumière, Emma Assaud, à ceux de la troupe Les Pépones, en privilégiant l’harmonie entre le costume, celui/celle qui le porte et la discipline qu’il/elle pratique. Pour elle, un bon costume s’adapte si bien à la technique que l’artiste doit pouvoir « l’oublier » alors même qu’il donnera envie au spectateur d’être porté.

Image à la une : … Avec vue sur la piste – Spectacle de fin d’études de la 27e promotion du Cnac © Patricia Hardy/Cnac



Citer ce billet
Mathilde Christmann (2017, 24 mars). Actualités – Textiles innovants : synthèse de l’étape 1 / second semestre 2016. ICiMa - Chaire d'Innovation Cirque et Marionnette. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/psnx