Écrire le mouvement : introduction à la notation de mouvement Benesh pour le cirque. Une initiation pour les artistes au Cnac (Formation Tout au Long de la Vie).

Du 20 au 24 février 2017 a eu lieu dans le cadre de la Formation tout au long de la vie au Cnac une formation dispensée par Katrin Wolf, l’une des coordinatrices du chantier Notations et Partitions de la chaire ICiMa. Chacune des cinq journées a permis l’approfondissement d’une dimension différente du mouvement et de sa transcription à l’aide de la notation inventée par Rudolf Benesh au milieu du XXe siècle (Benesh Movement Notation). Ce système d’écriture, basé sur la perception visuelle du mouvement, permet de transcrire tout mouvement humain dans l’espace et dans le temps. Depuis plusieurs années, Katrin Wolf développe plus spécifiquement cette écriture pour la notation en cirque (en savoir plus).

Le stage, destiné aux artistes de cirque qu’elle que soit leur discipline, met en avant une dimension fondamentale de l’écriture du mouvement : il s’agit bien d’une pratique corporelle basée sur l’interaction bouger / écrire / lire. Au fil des jours, les allers-retours entre l’espace de la feuille et l’espace de la salle laissent place à une perception de plus en plus fine des mouvements, avec ou sans agrès circassiens.

La portée composée de cinq lignes sert à inscrire les mouvements du corps, décomposés en « instants-clefs », autant de figures qui, enchaînées les unes aux autres dans l’acte de lecture, permettent de recomposer l’ensemble d’un mouvement. Au-dessus de cette portée à 5 lignes sont notées les informations concernant le temps et la dynamique, à lire de gauche à droite ; c’est aussi un espace pour faire figurer les objets (agrès en cirque) vus de face et leurs points de contact avec le corps. Sous la portée se lisent les indications spatiales (emplacements, positions, trajets), associés si besoin aux objets vus de haut et à la position du corps qui y est en relation. Cette organisation complexe permet donc d’inscrire dans un même mouvement le temps, le corps et l’espace.

L’organisation de la portée en notation Benesh

L’apprentissage fait penser à celui d’une nouvelle langue ou bien à celui du solfège musical : « dictées » de mouvement – Katrin Wolf propose une série de postures à noter – ou bien « lectures » – les yeux et le corps déchiffrent ensemble de courtes séquences de mouvement – rythment l’apprentissage.

Plan de scène avec les déplacements et positions de 4 personnages

Le processus qui permet d’acquérir les bases de cette notation est séquencé ; les stagiaires s’initient d’abord à la figuration de l’espace (ligne inférieure dans la partition) en relation avec un plan de scène, puis ils déchiffrent des postures simples (debout, flexions, etc.). Les types de déplacement dans l’espace (marche, sauts, tours, etc.) sont ensuite abordés, ainsi que les lignes de mouvement qui accompagnent le phrasé du corps.

Lecture de mouvements simples du corps – les extrémités (mains et pieds) sont symbolisés par des traits différents selon le plan où elles se situent (corps – devant le corps – derrière le corps)

La relation du corps à l’agrès circassien est une spécificité de cette notation adaptée pour le cirque. Les signes de contact mis en place par Rudolf Benesh pour une pratique développée avec la danse, mais pensée pour tout mouvement humain, sont retravaillés par Katrin Wolf en fonction des agrès. Les stagiaires pourront ainsi noter leurs mouvements sur les chaises acrobatiques, ainsi qu’au trapèze fixe.

Écriture de différentes postures effectuées au trapèze, avec la vue de face de l’agrès au-dessus de la portée

Au fil des jours, une petite chorégraphie avec chaises acrobatiques est créée ; chaque stagiaire note son propre enchaînement. Le travail se fait là encore en passant sans cesse du mouvement du corps à l’écriture, et inversement.

La chorégraphie créée pendant le stage (ici l’interprète 1) peut être reprise par un lecteur de la notation Benesh.

La notation Benesh est une écriture très souple ; bien souvent, un même mouvement peut être écrit de plusieurs manières. Le choix d’une écriture ou d’une autre peut être fait en fonction de la marge que l’on souhaite laisser à l’interprète. De même, les différences morphologiques des stagiaires mettent par exemple en évidence diverses façons d’interpréter un même mouvement, et l’écriture qui s’ensuit. Une véritable finesse d’analyse du mouvement est déployée tout au long du travail et révèle parfois des connaissances insoupçonnées sur des mouvements habituels pour les artistes.

Cette semaine d’apprentissage a permis à Katrin Wolf de poser les bases de cette immersion dans le mouvement par la notation mais elle a d’ores et déjà modifié et aiguisé le regard des artistes circassiens sur leur appréhension du mouvement. Une nouvelle session de formation sera proposée en 2018 par la Formation tout au long de la vie au Cnac. Katrin Wolf anime également des ateliers dans des cadres variés, et elle participe à des conférences ; ces évènements seront relayés sur ce blog. Pour en savoir plus sur les notations du mouvement, vous pouvez consulter la bibliographie indicative du chantier Notations et partitions.



Citer ce billet
Mathilde Christmann (2017, 29 mars). Écrire le mouvement : introduction à la notation de mouvement Benesh pour le cirque. Une initiation pour les artistes au Cnac (Formation Tout au Long de la Vie). ICiMa - Chaire d'Innovation Cirque et Marionnette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/psny