Méthodologie – Expérimentation pour l’éco-conception de marionnettes

Journal de bord de l’expérimentation “Construire Polluer Créer”

Dans le cadre du chantier de recherche sur le cycle de vie des matériaux dans le spectacle vivant, en collaboration avec le Jardin Parallèle, la chaire ICiMa a proposé à six constructeurs de marionnettes de participer à une expérimentation sur l’éco-conception de marionnettes (Construire Polluer Créer).

En faisant collaborer constructeurs de marionnette et ingénieurs spécialistes en éco-conception, on souhaite mettre au jour les préoccupations des artistes quant à l’impact de leurs travaux sur l’environnement et sur la santé humaine, mais aussi  permettre des échanges de savoirs et de savoir-faire (des ingénieurs aux praticiens et réciproquement) et commencer à envisager des solutions alternatives aux pratiques polluantes ou nocives à la santé. L’objectif est de permettre aux artistes un choix plus informé des matériaux et des techniques de fabrication utilisés.

Pour élaborer le protocole de l’expérimentation, l’équipe de la chaire ICiMa a collaboré avec Benjamin Tyl (ingénieur de recherche à l’APESA, spécialiste de l’éco-innovation) et Romain Allais (docteur en développement durable de l’Université de Technologie de Troyes), qui étaient déjà intervenus l’année dernière lors de la journée d’étude consacrée au recyclage des objets de spectacle. Ceci a permis de définir une grille d’analyse du cycle de vie des matériaux qui va être mise à l’épreuve au cours de cette expérimentation, et une méthodologie pour l’accompagnement des praticiens dans l’auto-analyse, tout en documentant le processus de l’expérimentation.

Déroulement de l’expérimentation :

Etape 1 : Appel à candidatures pour l’expérimentation. La sélection s’est faite en cherchant à réunir différents types d’approches de la construction, différentes générations de constructeurs, différents parcours de formation, différentes techniques de marionnettes et différents types de matériaux.

Étape 2 : Premier entretien individuel avec chaque constructeur-trice (durée : 1h30 à 2h)
Objectifs : pour les ingénieurs, il s’agit de découvrir la pratique et l’univers du marionnettiste, de se familiariser avec les enjeux spécifiques de la construction de marionnettes. Pour les constructeurs, cet entretien est l’occasion de formuler des questionnements ou des préoccupations relatifs à l’impact écologique de leur travail. Cet entretien permet aussi la présentation par les ingénieurs des principes de l’éco-conception et de la grille d’analyse du cycle de vie du couple “spectacle-marionnette”, qu’ils ont conçue pour ce chantier et qui va être testée avec eux.
Pour des raisons budgétaires et calendaires, les entretiens se déroulent par Skype.

A cette étape comme aux suivantes, Julie Postel, secrétaire scientifique de la chaire ICiMa et doctorante en arts du spectacle, participe à tous les entretiens, de sorte à tenir le journal de bord de l’expérimentation. Sa présence permet aussi d’assurer une nécessaire traduction entre ingénieurs et praticiens (on observe de nombreux implicites dans le discours des uns et des autres, qui peuvent aboutir à des malentendus ou des omissions) et d’effectuer un repérage terminologique que nous utiliserons ultérieurement pour les recherches linguistiques de la chaire ICiMa.

Comprendre les liens entre vie de la marionnette et du spectacle de leur conception à leur “fin de vie” (schéma R. Allais et B. Tyl)

 

Identifier le cycle de la vie de la marionnette (schéma R. Allais et B. Tyl)

Étape 3 : Chaque constructeur-trice remplit de façon autonome la grille d’analyse à partir d’un projet qu’il a déjà réalisé et/ou à partir d’un projet en cours qui pose de façon spécifique des questions d’impact environnemental.
Cette grille cherche à caractériser, à chaque étape du cycle de la vie de la marionnette, les principaux matériaux et intrants utilisés (en termes énergétiques, de matières premières, de déchets produits) ainsi que leur provenance.

[Accéder à la grille d’analyse en mode lecture]

Étape 4 : Second entretien individuel (durée 1h) avec chaque constructeur-trice pour faire le point sur la grille, la compléter le cas échéant et identifier des points à discuter avec les autres constructeur-trice-s.

Étape 5 : Atelier collectif (une demi-journée) de mise en partage des analyses avec les constructeurs et formulation de pistes d’améliorations (de la grille d’analyse ; des pratiques de construction).

Étape 6 : Restitution publique au cours de laquelle seront présentées les marionnettes en question, le protocole de travail et où l’on mettra en débat les problématiques soulevées et pistes d’amélioration envisageables. Le samedi 29 avril 2017 au Cellier, à Reims, dans le cadre du Festival Orbis Pictus (entrée libre).

Cette expérimentation a vocation à faire émerger des problématiques qui continueront d’être interrogées par les praticiens, ingénieurs et chercheurs au cours des prochaines années. (En savoir plus sur le chantier : “Cycle de vie des matériaux”).

Etape 7 : En tenant compte des retours des six constructeurs ayant procédé à l’auto-analyse et aux échanges de mars et avril 2017, on fera évoluer la grille d’analyse actuelle. La nouvelle grille sera ensuite diffusée plus largement auprès des constructeurs de marionnettes, afin de pouvoir compléter le panorama des problématiques sanitaires et environnementales soulevées par la construction de marionnettes.

Ingénieurs participant à l’expérimentation 

Benjamin Tyl est ingénieur de recherche et docteur en éco-innovation. Après un diplôme d’ingénieur en matériaux et mastère spécialisé en éco-conception, il a obtenu un doctorat à l’Université de Bordeaux pour son travail sur la contribution des phases de créativité dans la génération de solutions à fortes ambitions environnementales et sociétales. Il travaille actuellement au sein du centre technologique APESA, dans le Pays Basque. Son travail consiste à développer des projets de recherche avec des entreprises, des laboratoires publics, des collectivités, mais également avec le milieu associatif.  Si ses principaux axes de recherche portent sur l’éco-innovation, l’éco-idéation et les modèles économiques soutenables, ses travaux portent également sur la réparation des produits, la conception pour la création de valeur locale, ainsi que l’intégration du principe de convivialité dans les processus de conception. Benjamin est également cofondateur d’une société citoyenne (I-ENER) qui développe des projets d’énergie renouvelable dans le Pays Basque.

Romain Allais est docteur en développement durable et chercheur associé au laboratoire PACTE de l’université Grenoble-Alpes. Issu du monde industriel, il a participé à la conception de véhicules automobiles et d’outillages de production avant d’entamer sa reconversion dans la recherche, d’abord à travers un master en éco-conception et développement durable puis avec sa thèse de doctorat intitulée « Transition systémique pour un développement durable, entre conception et territoire ». Son travail de recherche a pour double objectif de questionner les fondements de la durabilité et les limites actuelles à sa mise en œuvre d’une part, et, d’autre part, de proposer des méthodes et outils pour l’intégration de cette durabilité dans les entreprises tant au niveau stratégique qu’aux niveaux tactiques et opérationnels. Romain questionne ainsi les modalités de gouvernance de l’entreprise industrielle et de conception de produit par la considération, dans ces processus, des ressources matérielles et immatérielles des territoires (ressources locales, culturelles, compétences spécifiques…). Issue de ces travaux, une grille d’analyse multidisciplinaire pour comprendre et valoriser les liens d’interdépendance entre festivals de musique et territoires a été co-développée et sera testée lors de travaux à venir.

Artistes sélectionnés pour participer à cette expérimentation 

  • Aline Bordereau, sculptrice, constructrice de marionnettes pour diverses compagnies
  • Michaël Cros (Cie la Méta-carpe), artiste transdisciplinaire, marionnettes, danse, arts numérique
  • Ma Fuliang (Cie du Petit Cheval), constructeur de marionnettes
  • Fleur Lemercier (Cie Fleur Lemercier), metteuse en scène et constructrice de marionnettes
  • Irene Lentini (Teatro della Rondine), constructrice, interprète, metteuse en scène de marionnettes
  • Clément Peretjatko (Cie Collapse), metteur en scène, marionnettiste.

Le travail de chacun d’eux sera plus précisément présenté dans le journal de bord de l’expérimentation.

Julie Postel et Raphaèle Fleury (Chaire ICiMa – IIM)

Lire également :
le compte-rendu des échanges sur le cycle de vie et le recyclage des matériaux du spectacle vivant, lors des Carnets d’Orbis 2016.

 

Image à la Une : Stage avec Ma Fuliang, Ecole nationale supérieure des Arts de la Marionnette, 11e promotion / Photo : Julie Postel pour l’Institut International de la Marionnette.

Crédits schémas : Romain Allais ; Benjamin Tyl.

Grille d’ACV : Romain Allais ; Benjamin Tyl ; Raphaèle Fleury et Julie Postel (Chaire ICiMa).