Compte-rendu – Rencontres professionnelles Carnets d’Orbis (2016)

Créer, est-ce inventer ou produire ? – 2

Le cycle de vie des matériaux – Le recyclage.

La seconde journée de rencontres professionnelles des Carnets d’Orbis, qui s’est tenue le samedi 28 mai 2016 au Cellier à Reims, ouvrait un cycle de rencontres qui s’étendra de 2016 à 2018 pour traiter de la question du cycle de vie des matériaux mobilisés dans les productions du spectacle vivant. Une question centrale pour les arts de la marionnette et les arts du cirque, qui se définissent notamment par la relation entre corps humains et objets (agrès ou marionnettes).

Ingénieurs, chercheurs en éco-conception, artistes marionnettistes, professionnels du patrimoine et techniciens du spectacle ont pu échanger non seulement sur la question de la conservation et de la durabilité des spectacles mais également sur celle – par ailleurs rarement débattue dans le domaine des arts vivants – de l’impact matériel et environnemental de la création artistique et des questions politiques, anthropologiques et philosophiques que celles-ci soulèvent.

Anne Quentin, auteure, journaliste et spécialiste des politiques culturelles, a ouvert la discussion par une mise en perspective historique de cette question du recyclage dans l’art. Tout en soulignant la nouveauté de ces préoccupations environnementales dans le milieu des arts vivants, elle a notamment suggéré une filiation entre ces questionnements contemporains et l’esthétique de “l’objet pauvre” développée par Kantor. Ces objets “du rang le plus bas”, considérés comme des déchets ou des ruines, portés sur la scène du théâtre, fonctionnaient, selon Kantor, à la fois comme des marqueurs de réalité et comme des actes de provocation contre le diktat du “beau”.

Si la récupération d’objets telle que la pratiquait Kantor avait d’abord une portée esthétique et symbolique, il importe dans le contexte actuel de considérer ce geste de récupération dans un cadre élargi par rapport à la seule scène de théâtre et de questionner les comportements et les choix que peuvent opérer les artistes à différents moments de la vie d’un spectacle (construction, répétitions, transport, stockage, conservation), tout en articulant incessamment les enjeux esthétiques à des considérations éthiques, économiques et environnementales.

Le point de vue d’un praticien

Denis Mariotte, artiste performeur, invité à s’exprimer sur le degré de conscience qu’un artiste pouvait avoir de ces problématiques matérielles, a exposé le fait que, si les pratiques de recyclage, de réemploi ou de récupération sont courantes dans le milieu, celles-ci sont d’abord motivées par des contraintes économiques (il est moins cher de récupérer du matériel usagé que d’en acheter du neuf) et pratiques (manque de place pour le stockage, moins de travail si le matériel est récupéré par une autre compagnie). Aussi s’il se dit intéressé et curieux des solutions qui seront proposées, il constate qu’à ce jour la question environnementale n’entre pas en ligne de compte lorsqu’il fabrique des objets scéniques ou lorsqu’il doit stocker une scénographie qui ne tourne plus.

Enjeux du “recyclage des œuvres” pour la constitution d’un patrimoine

Au sujet de la conservation des créations de spectacle vivant, Raphaèle Fleury, responsable du Pôle recherche et documentation de l’IIM et titulaire de la chaire ICiMa, a abordé la question du possible “recyclage” et de la matérialité des œuvres depuis un autre point de vue qui est celui de l’approche patrimoniale. Avec, tout d’abord, une forme d’inquiétude : dans l’hypothèse d’un système où le recyclage des objets scéniques deviendrait systématique, que resterait-il des œuvres et à partir de quels éléments faire patrimoine ? et à partir de quelles traces physiques travailler à l’histoire des techniques de construction des objets de spectacle et des esthétiques qu’ils manifestent ?

Puis, après un bref exposé des pratiques et partis pris de conservation dans le domaine de la marionnette (notamment inspiré d’échanges avec Cécile Obligi, ancienne conservatrice des fonds de marionnettes au département des Arts du spectacle de la BnF et avec Brigitte Sanvoisin, attachée de conservation du Musée des marionnettes du monde – Musées Gadagne de Lyon), Raphaèle Fleury a rappelé qu’un des enjeux de la chaire ICiMa est d’impliquer chimistes et physiciens  afin, non seulement, d’améliorer les processus de conservation préventive et de restauration, mais également de prendre la mesure de l’intérêt scientifique que peuvent présenter les collections de marionnettes ou plus largement d’objets du spectacle vivant, bien au-delà de l’approche historique de ces arts. Potentielles matériauthèques, ces collections permettraient par exemple d’étudier l’action spécifique de la sueur sur la dégradation de nombreux matériaux. Elle cite également le cas de Sundari Desi, étudiante indonésienne en chimie, qui souhaiterait poursuivre en doctorat des travaux de recherche sur une étude comparative entre vernis naturels (albumine de poule et de canard) et synthétiques utilisés sur les wayang kulit (silhouettes de théâtre d’ombres) traditionnels ou contemporains à Bali notamment.

Raphaèle Fleury a également rappelé que, si la conservation des créations dans le domaine des arts la marionnette s’est souvent concentrée sur la préservation de l’objet marionnette, il se développe à nouveau aujourd’hui une démarche de documentation de l’art du marionnettiste dans sa globalité, qui cherche à contextualiser les pratiques et à  rendre compte des conditions d’émergence d’une présence scénique de l’objet. Mais il faut noter que l’exercice de documentation d’un geste éphémère, de la dimension immatérielle de l’art, finit toujours par rencontrer également des problèmes pratiques et matériels (espaces de stockage des données,  temps de traitement, consommation d’énergie). Elle remarque que si tous les artistes ne souhaitent pas s’investir directement dans ce travail de conservation des oeuvres, la création du PAM (Portail des Arts de la Marionnette) a éveillé chez nombre d’entre eux le désir de documenter leurs créations et de partager ces ressources. Reste que cette abondance nouvelle d’archives produites peut avoir un effet contraire à celui visé, à savoir la disparition des informations dans l’immensité de la masse produite.

De la rencontre entre artistes et  ingénieurs en éco-conception et innovation industrielle

Les interventions de Benjamin Tyl, chargé de mission éco-innovation de l’APESA, et de Romain Allais, docteur en “Éco-conception, recyclage et management des entreprises”, ont ensuite permis de mettre en perspective la notion rebattue de “recyclage”, d’en préciser le sens et de présenter des alternatives à cette pratique. Les deux ingénieurs ont également défait quelques préjugés qui peuvent exister au sein du milieu artistique vis-à-vis de la recherche technique et de l’innovation.

La démarche de Benjamin Tyl consiste à penser l’objet à produire dans son environnement global et tout au long de sa vie. Ainsi, les choix de production et d’utilisation sont éclairés par une prise en considération de leur impact global (environnemental, médical, social, en termes de consommation de ressources, de temps de travail, de création de valeur(s) etc.).

Romain Allais a rappelé les raisons d’être et la spécificité de l’éco-conception dans le champ de l’innovation technique et industrielle. Le principe est d’ajouter une contrainte supplémentaire dans le circuit de production — ou le processus de création artistique — qui est celle de l’environnement. Cette contrainte ne doit pourtant pas être vécue comme un obstacle, elle est même extrêmement stimulante. Elle nécessite une reconfiguration du système de valeurs qui président à l’élaboration d’un objet : l’approche se veut d’abord basée sur l’humain, et l’économie n’est pas considérée comme une fin mais comme un moyen pour l’Homme. Cette recherche de systèmes de production alternatifs a bien évidemment des fondements et des incidences politiques. Il s’agit, par exemple, de repenser l’organisation collective des prises de décisions ou de prendre en considération la notion de “territoire” dans ses diverses acceptions et à différentes échelles (espace vécu, espace politique, géographique, etc…).

L’intérêt, pour des ingénieurs, de se confronter au domaine artistique repose sur le fait que les solutions les plus innovantes dans le domaine de la fabrication et de l’éco-conception ne sont pas forcément techniques. Elles se trouvent également au niveau des relations humaines et des perceptions qui s’organisent autour de l’objet. Aussi l’approche esthétique et sensible de l’objet, que peuvent développer des artistes, enrichira le système de valeurs prises en compte dans les choix de production.

Quelle peut être la “valeur” d’un objet ?

Les matériaux du spectacle vivant, qu’il s’agisse de marionnettes ou d’éléments de scénographie, diffèrent, en diversité et en quantité, des produits industriels sur lesquels se concentrent habituellement les études de production et les recherches en innovation. Cette différence tient également à la valeur véhiculée par l’objet, qui n’est pas uniquement monétaire ou associée à la seule notion de richesse.

Les différentes valeurs véhiculées par l’objet, qui peuvent être prises en compte pour l’élargissement du spectre d’étude des objets :

    • valeurs culturelles (objet rituel, symbole de ralliement d’un groupe, etc.)
    • valeurs historiques ou patrimoniales (objet devenu rare ou témoin d’un événement fondateur…)
    • valeurs sociales (système de production horizontal, nouvelles formes d’organisation collective…)
    • valeurs esthétiques
    • valeurs monétaires

“Recyclage” et alternatives

La dégradation de l’état d’un produit est elle-même source de pollution. Le recyclage n’est donc pas toujours la solution optimale et il existe d’autres pratiques qu’il est possible de mettre en œuvre – et souvent souhaitable de privilégier – dans le cycle de vie d’un objet.

Quelques notions-clés

  • l’upgradabilité : possibilité d’apporter des améliorations fonctionnelles à un objet devenu inutile ou qui ne fonctionne plus afin, non seulement, de prolonger sa durée de vie mais également d’en augmenter la valeur.
  • le remanufacturing : reconstruction d’un produit selon son modèle original, par la réparation, la réutilisation de certaines parties et l’ajout de nouvelles pièces.
  • le réemploi : réutilisation d’objets par une seconde personne sans réparations majeures, dans son usage originel ou non.
  • la réparation : processus de remise en état de certaines parties endommagées.
  • le reconditionnement ou la rénovation : opération de restauration de certaines composantes de l’objet pour les remettre dans un état satisfaisant ou originel, grâce à des méthodes telles que la peinture, le revêtement, etc.
  • le recyclage : processus qui consiste à produire à partir d’un matériau le même matériau ou un matériau dégradé.

Le recyclage n’est ainsi souvent qu’un pis-aller. Benjamin Tyl et Romain Allais ont finalement insisté sur la nécessité « d’aller plus loin que la tendance marketing aux labellisations “green” », mot-clef passe-partout, galvaudé par une communication de l’immédiateté, et signe d’une récupération de processus alternatifs à des fins monétaires.

Pour cela, il est nécessaire de comprendre les phénomènes dans leur globalité. L’innovation, par exemple, ne vient pas du fait de se mettre à réparer un ordinateur ou un quelconque objet scénographique ; elle tient à la place que l’on accordera à cette réparation dans le système global. Cette innovation est avant tout sociale et territoriale. Dès lors, tout est question de réseau et de lien social. Or au-delà de toute considération écologique, l’artiste lui-même ne peut exister en-dehors de multiples réseaux.

Une fois ce constat posé, les ingénieurs présents ont redit, notamment à l’intention des artistes, l’importance de ne pas sacrifier la valeur esthétique d’un objet à des considérations écologiques.

Et après ? Comment passer à l’action après ces réflexions ?

La journée de la veille et les débats de cette matinée ont permis la rencontre de professionnels de secteurs très différents, qui ont pu mesurer l’intérêt des partages d’expérience et du transfert réciproque de compétences.

La deuxième partie de la matinée était consacrée à la présentation par Blasco Ruiz, directeur technique, du projet de l’association ArtStock qui œuvre au recyclage des matériaux du spectacle.

Cette association créée en 2009 et subventionnée par les régions Ile-de-France et Midi-Pyrénées est basée sur la mise en réseau des acteurs de la création artistique et la pratique du réemploi. L’association récupère des scénographies dont les théâtres et compagnies souhaitent se débarrasser, les stocke, les documente, et permet ensuite à d’autres artistes de réutiliser ces matériaux pour leur donner une nouvelle fonction dans de nouvelles créations, le tout en adaptant les budgets aux moyens de chaque compagnie.

Si certains points problématiques ont été abordés au cours du débat, comme celui de faire reconnaître comme un travail réel pour une costumière le fait de se fournir dans ce type de structure ou encore le fait, signalé par Cyril Thomas, que des problématiques de sécurité rendaient difficile le développement de tels entreprises dans le domaine du cirque, l’intérêt écologique mais aussi économique de ce réseau semble évident.

Enfin, l’évocation par Blasco Ruiz de certains obstacles que peut rencontrer l’association (coûts encore trop élevés pour les théâtres qui font appel à eux pour donner des matériaux, problèmes de communication, manque de mesures politiques qui inciteraient à faire appel à ces réseaux, présence inégale sur le territoire, besoins considérables en termes d’espace de stockage…) a fait naître chez les participants à ce débat l’envie de monter un nouveau projet de plateforme de réemploi des matériaux et matériels du spectacle vivant dans la région Grand Est.

 

Julie Postel, secrétaire scientifique de la chaire ICiMa (IIM).

Lire également :
le journal de bord de l’expérimentation pour l’éco-conception de marionnettes, menée en avril et mai 2017.

Image à la Une : Carnets d’Orbis, 2016 © Jardin Parallèle.