Eco-conception de marionnettes – Seconds entretiens entre ingénieurs et constructeurs de marionnette

Journal de bord de l’expérimentation “Construire – Polluer – Créer”

Étapes 3 et 4 de l’expérimentation

Suite à un premier entretien avec Romain Allais et Benjamin Tyl,  les constructeur-trice-s participant à l’expérimentation ont rempli en autonomie la grille d’analyse qui leur avait été proposée.

[Télécharger le prototype de la grille d’analyse]

Un second entretien a alors eu lieu avec chacun des constructeur-trice-s entre le 18 et le 24 avril. Celui-ci a avant tout permis d’échanger sur l’outil d’analyse lui-même, à savoir le prototype de tableur qui avait été proposé, notamment sur trois points :

  • la facilité de prise en main,
  • l’exhaustivité
  • et l’utilité de cette grille.

Si les retours sont bien entendu variables d’une personne à l’autre, certains retours récurrents nous semblent devoir être pris en compte pour faire évoluer cette grille, qui à terme doit permettre le dialogue entre constructeurs et ingénieurs de façon à ce que ces derniers aient une bonne compréhension des spécificités des pratiques de construction de marionnettes pour pouvoir produire des analyses d’impact environnemental et sanitaire et conseiller les praticiens qui sont en demande d’informations et parfois en recherche d’alternatives.

1 – Sur la facilité de prise en main :

La grille d’analyse apparaît globalement comme un outil informatique clair mais qui doit évoluer dans le sens d’une meilleure correspondance avec les schémas mentaux des constructeurs et la chronologie des processus de fabrication.

La dimension informatique elle-même a pu être un frein pour certains des participants. Julie Postel a parfois joué un rôle d’accompagnement à cette étape du remplissage de la grille. Connaissant certaines des pratiques de constructeurs, elle a pu aider à la mise en forme et en mots de leurs idées pour que celles-ci soient transposables dans le tableur. Il apparaît toutefois globalement que les attentes des ingénieurs en éco-conception étaient clairement formulées dans ce tableau et facilement compréhensibles après le premier entretien, qui avait permis d’apporter les explications nécessaires.

Par ailleurs, la structure même de l’inventaire et de la liste à plat (notamment dans l’onglet “Matières premières”) ne semble pas tout à fait adaptée à la description du processus d’élaboration de corps de marionnettes, qui est pensé par couches, par grands ensembles (ex. “âme / squelette / peau”). Aussi, a-t-on envisagé que ce tableau s’accompagne par la suite d’une illustration, croquis, dessin, ou photographie annotée, qui permettrait la représentation de la structure de la marionnette de façon plus globale et faciliterait l’élaboration de l’inventaire.

La seconde difficulté est celle de la chronologie induite par cette grille qui ne permet pas de rendre compte des nombreux “va-et-vient” entre le plateau et l’atelier. La succession linéaire entre les onglets “Matières premières”, “Mise en forme”, “Fabrication, assemblage” puis “Répétitions” oblige l’utilisateur-trice à revenir en arrière lorsqu’une retouche est apportée au cours d’une résidence au plateau et la chronologie du processus de création se trouve effacée par la forme de la simple liste. Par ailleurs, cette forme ne permet pas de faire apparaître chronologiquement les étapes de prototypage.

2 – Sur l’exhaustivité

Les constructeurs ont toutefois validé la catégorisation proposée par les ingénieurs en éco-conception et la chaire ICiMa  car, quoique les différentes étapes de la fabrication n’aient pas toujours lieu selon la chronologie linéaire suggérée par le tableau, ils comprennent bien les étapes et le type de travail que chaque onglet recoupe.

On a néanmoins discuté l’extension du champ d’étude : quelle limite poser à notre analyse ? Dans quelle mesure la scénographie, les besoins techniques, les kilomètres parcourus pendant les tournées doivent-ils être pris en compte dans cette recherche ?

Il apparaît à ce jour essentiel de prendre en compte la scénographie et de ne pas considérer l’objet marionnette de façon isolée. Par ailleurs, lorsqu’on compare l’impact environnemental de la fabrication de l’objet à celle de la consommation d’énergie et du transport pendant les résidences et les tournées (électricité pour les systèmes sonores et lumineux, carburant,…), il semble nécessaire de prêter davantage attention à ces derniers moments. Les premiers volets de la grille d’analyse, portant sur la fabrication de l’objet marionnette (choix des matériaux, mise en forme, assemblage) permettent, outre un questionnement environnemental, de tenir compte des impacts sanitaires des pratiques de construction. Il s’agit de deux sujets différents, mais ces deux aspects entrent néanmoins en ligne de compte pour un-e constructeur-trice désireux-se d’éco-responsabilité dans sa pratique.

Les constructeurs nous ont également suggéré d’ajouter  à cette grille un questionnement sur les “défauts” des matériaux : si les critères de choix sont formulés, il semble également important de connaître les concessions résultant du  choix d’un matériau et les contraintes que la matière a induite en termes de fabrication mais aussi d’esthétique et de manipulation, par exemple.

3 –  Sur l’utilité

Le fait de compléter cette grille n’apporte pas, en soi, de réponse à la recherche de  matériaux de remplacement. A ce stade, le résultat de cette expérience est surtout de l’ordre de la sensibilisation. En découvrant les catégories d’informations à renseigner pour chacun des matériaux utilisés dans la fabrication de la marionnette, il s’agit surtout d’accompagner les constructeur-trice-s vers la prise de conscience de l’importance que peut avoir l’origine géographique d’un matériau acheté neuf quant à l’impact environnemental de leur travail, par exemple. Le fait également de ne tout simplement pas connaître certaines informations ou de noter qu’ils-elles n’utilisaient jamais de protection (masque, gants,…) a pu leur faire prendre conscience qu’un certain nombre d’habitudes gagneraient à être réinterrogées pour une amélioration de leurs pratiques en termes de protection de leur santé et de l’environnement.

Enfin, on notera que les participant-e-s à cette expérimentation sont des personnes déjà animées par des questionnements de ce type et que pour certain-e-s, elle a aussi été une occasion de se voir confirmés dans leurs choix et de revendiquer certains partis pris de construction, tels que la récupération de matériaux d’anciens spectacles ou de chutes de matériaux neufs stockés dans leurs ateliers et l’utilisation de matériaux non-synthétiques et facilement trouvables aux environs de leurs ateliers – certains s’inscrivant consciemment dans une démarche de recherche de la plus grande autonomie matérielle et de la mise en valeur du matériau brut.

Cette seconde série d’entretiens va être suivie d’un atelier collectif au cours duquel  Romain Allais et Benjamin Tyl proposeront des retours collectifs sur les éléments recueillis dans les grilles d’analyse et où nous tenterons de poser les orientations à venir de cette expérimentation à partir des pistes les plus problématiques et des besoins des constructeurs que cette expérimentation nous aura permis d’identifier et de formuler.

Une présentation publique des questionnements et des résultats auxquels nous serons arrivé aura lieu ce samedi, 29 avril, à Reims (au Cellier) dans le cadre des Carnets d’Orbis (festival Orbis Pictus, organisé par le Jardin Parallèle).

Julie Postel (doctorante en arts du spectacle et secrétaire scientifique de la chaire ICiMa pour l’IIM).

Lire également :
> Journal de bord de l‘expérimentation sur l’éco-conception : compte-rendu sur l’étape 2.
> Méthodologie de l’expérimentation sur l’éco-conception de marionnettes, co-organisée par la chaire ICiMa et le Jardin Parallèle.
> Annonce de la restitution de cette étape de l’expérimentation dans le cadre du Festival Orbis Pictus à Reims le 29 avril 2017.

[Télécharger le prototype de la grille d’analyse]

Image à la Une : Stage de construction avec Greta Bruggeman, Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette, 11e promotion © Anaïs Plasse pour l’Institut International de la Marionnette.

Grille d’ACV : Romain Allais ; Benjamin Tyl ; Raphaèle Fleury et Julie Postel (Chaire ICiMa).