Compte-rendu de la table-ronde « Arts et innovation – Créativité et recherche »

“Arts et innovation – Créativité et recherche”

Mardi 19 septembre, de 10h à 12h.
Chapiteau de la Région Grand Est (Magic Mirrors, Place Ducale, Charleville-Mézières)

Cette table-ronde adressée à un public de professionnels (marionnettistes, diffuseurs, chercheurs, professionnels de la santé, de la documentation, représentants d’institutions culturelles et des tutelles) était organisée par la chaire ICiMa, en partenariat avec le Jardin Parallèle, à l’occasion du Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières. Cette rencontre s’inscrivait dans une programmation de la Région Grand-Est, autour du postulat : « Les arts de la marionnette, une richesse de notre région ».

À mi-parcours d’un dispositif mis en place en février 2016 pour une durée de 3 ans, cette rencontre a permis de dresser un bilan d’étape sur certains des travaux de la chaire ICiMa (l’expérimentation autour de l’éco-conception de marionnettes ; le chantier sur la terminologie multilingue des arts de la marionnette) et de présenter un prototype de la future version – sémantisée – du Portail des Arts de la Marionnette (PAM) qui va désormais permettre d’agréger les données de la recherche aux données documentaires et patrimoniales, et d’en faciliter la collecte, l’analyse et l’exposition.

État de l’avancement du chantier “Cycle de vie des matériaux”

Après une rapide présentation des trois grands axes de la chaire ICiMa par Raphaèle Fleury, qui animait cette table-ronde, Romain Allais (ingénieur spécialiste en éco-conception, APESA) et Fleur Lemercier (créatrice de marionnettes) ont été invité.e.s à témoigner de leur récente collaboration au sein de la chaire ICIMa.

Retour sur l’expérience d’éco-conception de marionnettes

Après avoir rappelé quelques éléments de définition de l’éco-conception, Romain Allais a présenté une synthèse de l’expérimentation menée au cours des mois de mars et avril 2017 avec Benjamin Tyl (également ingénieur en éco-conception) et six constructeur.trice.s de marionnettes.

Pour en savoir plus :

Ces deux mois d’échanges interdisciplinaires ont notamment permis de mettre en évidence le fait que :

  • les principaux impacts environnementaux des pratiques de construction ne se mesurent pas à l’échelle de l’objet mais plutôt à l’échelle macro du spectacle, et notamment de sa production (consommation énergétique liée aux résidences, aux tournées) ;
  • les impacts les plus négatifs et directs à l’échelle des constructeur.trice.s, et les plus urgents à traiter, sont avant tout d’ordre sanitaire (utilisation de matériaux toxiques sans les protections adéquates, gestes répétitifs, manque d’espaces appropriés).

Ces rappels ont été l’occasion pour une représentante de la médecine du travail, dans la salle, de témoigner des recherches et démarches qu’elle a entreprises afin de sensibiliser les praticiens à ces risques. À cette étape des travaux, il semble en effet indispensable d’associer des professionnels de la santé au groupe de travail de la chaire ICiMa.

Fleur Lemercier, Romain Allais (APESA) et Serge Rohmer (CREIDD, UTT).

 Fleur Lemercier a témoigné de la diversité des pratiques de construction mises en dialogue pour l’occasion, des différentes motivations qui avaient poussé les constructeur.trice.s ayant participé à cette expérimentation à donner de leur temps pour cette recherche (soucis sanitaires, sensibilité à l’écologie, recherche de matériaux de substitution plus pérennes que la mousse…), mais aussi de la façon dont leurs attentes ont été déplacées par l’expérimentation en question : arrivé.e.s avec des préoccupations environnementales et parfois une forme de culpabilité par rapport aux matériaux qu’ils.elles utilisent, ils ressortent de cette première étape avec une attention accrue à leur santé et conscients de la nécessité d’une réflexion à plus grande échelle sur l’organisation du réseau de production en France.

La discussion a également permis de rappeler la nécessaire prise en compte, pour l’analyse des impacts de ces pratiques artistiques, des apports “immatériels” de celles-ci, par exemple en termes culturels ou sociaux. Comme les différents interlocuteurs ont pu le rappeler, ce sont régulièrement les ingénieurs qui ont remis au centre des réflexions les enjeux esthétiques et dramaturgiques du métier de constructeur, permettant aux constructeurs.trices d’appréhender l’éco-conception moins comme une contrainte supplémentaire qu’un élan pour de nouvelles expérimentations.

Dans les prochains mois, en partenariat avec l’APESA et le Jardin Parallèle, la chaire ICiMa va s’attacher à :

  • finaliser et diffuser un outil d’analyse retravaillé à partir de la grille d’analyse du cycle de vie des matériaux, pour poursuivre la collecte des expériences des constructeur.trice.s et leur analyse par les ingénieur.e.s en éco-conception ;
  • produire et rendre facilement accessibles des fiches sur les matériaux à l’usage des marionnettistes;
  • procéder à des expérimentations de substitutions de matériaux pour la construction de marionnettes et scénographies.

On souhaiterait également, au cours d’un prochain cycle de la chaire (2019-2021) :

  • travailler au développement de filières locales d’accompagnement des compagnies et structures du spectacle vivant dans le retraitement et la valorisation des matériaux de leurs productions (réemploi, recyclage, conseil, patrimonialisation), à l’échelle de la région Grand-Est notamment ;
  • contribuer à la diffusion, dans le secteur des arts du cirque et des arts de la marionnette, d’une approche multi-critères et non exclusivement économique, pour l’analyse des impacts des festivals sur les territoires, de sorte à fournir des outils d’aide à la décision à l’usage des organisateur.trice.s de festivals et des politiques (Romain Allais).

Un dialogue réussi entre arts et sciences

Serge Rohmer, enseignant-chercheur au Centre de Recherche et d’Etudes Interdisciplinaires sur le Développement Durable (Université de Technologie de Troyes), qui accompagne les travaux de la chaire ICiMa depuis leurs prémices, a insisté sur la réussite du dispositif de la chaire du point de vue de la collaboration entre différents domaines d’expertise. Réussite qui témoigne de l’artificialité de la séparation des arts et des sciences dans nos systèmes d’enseignement et de recherche. Cette observation conforte, selon lui, des expériences déjà menées au sein du CREIDD, par exemple à l’occasion de recherches que ce laboratoire mène en impliquant des artistes plieurs-froisseurs et des sociologues aux côtés d’ingénieurs pour la conception de prototypes industriels. C’est cette rencontre qui s’est trouvée à l’origine du partenariat de l’UTT avec l’Institut International de la Marionnette, qui depuis se poursuit au sein d’autres travaux de la chaire ICiMa [consulter les présentations du chantier de recherche sur le pliage-froissage structuré et de la première journée des Carnets d’Orbis 2016].

Le processus de recherche et développement dans les entreprises étant très cadenassé et limité hiérarchiquement au travail des ingénieurs, la collaboration avec des artistes représente un pas de côté à fort potentiel d’innovation. Le regard et les besoins des artistes, en dialogue avec les savoir-faire des techniciens, font apparaître des usages innovants et stimulent la créativité des ingénieurs.

Etat de l’avancement du chantier “Terminologie multilingue”

Raphaèle Fleury, coordinatrice, avec Nadia Makouar, du chantier sur la terminologie multilingue, a rappelé les nécessités et problématiques à l’origine de ce projet : des arts (du cirque et de la marionnette) qui se diffusent à l’international mais dont le lexique n’est pas repris dans les dictionnaires, provoquant des problèmes d’interprétariat et de traductions, un arsenal conceptuel forgé par des universitaires ou agents culturels (musée, théâtre…) et non-congruent aux usages des praticien.ne.s. (voir la présentation du projet).

L’un des objectifs de ce chantier est de construire des outils et référentiels internationaux (fiches lexicales, guides de bonne pratique pour la traduction, thesaurus) destinés à faciliter les échanges, mais un long travail d’analyse est à mener préalablement à cette étape, afin de comprendre la façon dont les praticiens appréhendent leur pratique.

Il a été décidé d’appréhender ce travail en s’intéressant en premier lieu au discours produit par les praticiens à l’intention d’autres praticiens (en situation de création ou de pédagogie).

Or les premiers mois de travail ont révélé la maigreur du corpus textuel afférent à ce type de discours : les praticiens ont peu écrit sur leur pratique, quand ces textes existent ils sont rarement publiés ni même imprimés. Dans leurs pratiques orales, les praticiens de la marionnette recourent même très fréquemment à des langages non verbaux (gestes et onomatopées).

Comme l’exposeront Raphaèle Fleury et Nadia Makouar dans un article à paraître prochainement sur ce blog, l’équipe de la chaire ICiMa s’est vue contrainte à placer au coeur de cette première phase de recherche non pas l’analyse d’un corpus, mais l’établissement d’une méthodologie de constitution et de traitement d’un corpus profondément hétérogène et multilingue : réalisation, par des équipes interdisciplinaires, d’entretiens avec des praticiens suivie de transcriptions, captations de processus de travail, collecte, numérisation et transcription de cahiers de mise en scène ou de correspondance entre artistes… Pour accélérer la collecte l’équipe de la chaire ICiMa développe des outils collaboratifs, à partir de formulaires déclaratifs (témoignages d’artistes) ou de signalement (par des chercheurs voire des lecteurs) d’occurrences de termes, de leurs contextes et de leurs sources. L’ensemble des outils de collecte sera nativement implémenté dans un outil sémantique (linked data), de sorte à les lier aux documents en constituant la trace, mais aussi à en faciliter le traitement (par datavisualisation notamment).

Comme pour l’analyse du cycle de vie des matériaux du spectacle vivant, ce qui a été dans un premier temps vécu comme un véritable contretemps (l’inadaptation des méthodologies et outils traditionnels au traitement des réalités mobiles et multiples du spectacle vivant) s’avère finalement extrêmement stimulant et source d’innovation, pour les propres chantiers de la chaire ICiMa mais aussi pour d’autres domaines. La méthodologie mise en place pourra effectivement être transférée.

Raphaèle Fleury (Institut International de la Marionnette), Florent Tétart (PMB Services) et Nadia Makouar (chaire ICiMa).

Quelques analyses ont néanmoins été menées au sein du premier corpus textuel assemblé (océrisation d’une dizaine d’ouvrages français écrits par des praticiens au XXe siècle). Nadia Makouar pratique une linguistique dite “de corpus” (les termes et expressions y sont toujours analysés dans leur contexte). Elle utilise pour cela principalement l’outil de textométrie Lexico 3, qui permet de faire émerger à partir de corpus réunis des régularités ou des disparités dans les usages des mots. Il s’agit d’une approche quantitative au service d’une analyse qualitative.

Les étapes de préparation du corpus pour l’analyse sont les suivantes :

  • repérage des textes oraux et écrits
  • numérisation ou transcription
  • océrisation avec le logiciel ABBYY Fine Reader ( transformation d’un fichier image à un fichier texte)
  • balisage du corpus pour le logiciel Lexico 3

L’océrisation exige un travail extrêmement minutieux de relecture et de corrections. Une fois ce corpus préparé, le logiciel Lexico 3 devrait permettre de produire des cartes des sections faisant apparaître par exemple des listes systématiques de co-occurence de certains mots.

À ce stade, l’analyse du corpus n’en est donc qu’à ses débuts. Nadia Makouar a fourni quelques exemples d’observations effectuées : polysémie du mot “ratelier” (pour désigner ou bien le support des marionnettes à gaine quand elles ne jouent pas, ou bien un élément du castelet destiné à suspendre les toiles de décor) et sa variante orthographique “râtelier” (cette-dernière ne coïncidant pas avec la variante sémantique) utilisées par André-Charles Gervais (1910-1996) dans Grammaire élémentaire de manipulation (1947).

Le fruit de cette recherche prendra la forme d’une base lexicale, en cours de construction dans le Portail des Arts de la Marionnette, conçue à partir d’une grille établie en dialogue avec Françoise Canon-Roger, professeure de linguistique à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (CIRLEP). Ces fiches lexicales permettront d’enregistrer pour chaque terme un grand nombre de ses caractéristiques de sens et d’usages : collocations, dérivés, variations diatopiques,… et d’associer chacun aux différents contextes dans lesquels ils ont été identifiés.

Un des mystères que l’on espère par exemple pouvoir éclaircir grâce à ce travail de linguistique contextuelle est le suivant : pourquoi Marcel Temporal (1881-1964, marionnettiste à gaine) s’excuse-t-il de l’emploi du terme “déganter” lorsqu’il écrit dans Comment construire et animer nos marionnettes (1942) : “le manipulateur peut, seul et d’une seule main, déganter (pardon, déchausser) sa poupée et en rechausser une nouvelle” ?

La marionnette dans le web sémantique :

création d’ontologies et nouveaux modes de navigation dans les ressources patrimoniales et les données de la recherche. Etat de l’avancement de la nouvelle version du PAM.

La nouvelle version du Portail des Arts de la Marionnette va permettre de faire converger les données produites par les différents chantiers de recherche précédemment présentés. En effet, celle-ci va permettre de consulter et de visualiser, mais aussi de saisir les données relatives aux matériaux, au vocabulaire, etc… Dans l’outil, celles-ci seront mises en relation entre elles, mais aussi avec l’intégralité des ressources agrégées et exposées par le PAM (données bibliographiques, documents numérisés ou natifs numériques provenant des collections des différents partenaires du PAM, du domaine de la création contemporaine ou du patrimoine).

Florent Tétart, directeur de l’innovation chez PMB Services, travaille depuis 5 ans avec le pôle Recherche et documentation de l’Institut International de la Marionnette. Après avoir développé le catalogue du centre de documentation, ils travaillent désormais à la sémantisation des données du PAM et à la refonte de ses interfaces de contribution et de consultation.

Florent Tétart a commencé par rappeler quelques définitions : Qu’est-ce qu’une “ontologie sémantique” ? Qu’entend-on par “web sémantique” ?

[télécharger l’ensemble du diaporama présenté par Florent Tétart]

Le principe de ce type d’outils est de rassembler des données, de créer des liens entre elles et de qualifier ces relations.

Pour les documents et données de bibliothèques, on travaillera désormais selon le modèle FrBroo, qui place en son centre la notion d’oeuvre (création de l’esprit = un spectacle, une marionnette, un roman etc.), qui se déclinent en plusieurs versions : la marionnette X existe en tant qu’oeuvre qui se décline dans sa version dessinée, dans sa version de prototype en mousse et dans sa version finale en bois, par exemple, et nous avons différentes éditions de ces versions (photographies, vidéos…). Autre principe de cette ontologie : une oeuvre est créée dans le cadre d’un événement, qu’il est également nécessaire de qualifier.

Les données de la recherche (données lexicales, par exemple) seront quant à elles structurées selon d’autres ontologies, liées entre elles (actuellement à l’étude : les ontologies GOLD ou Lemon par exemple).

Le tout permettra de mettre en place des outils de saisie et de consultation dynamiques et ergonomiques, éditorialisables.

La présentation d’un prototype du nouveau PAM a ainsi permis de mesurer les effets de cette nouvelle approche : à partir d’une requête (sur un spectacle, par exemple) on va aussi bien pouvoir explorer la biographie des artistes mobilisés pour la création de celui-ci, que les documents témoignants de son existence. On pourra retracer les différentes étapes de création d’un spectacle, de son exploitation ; découvrir les marionnettes utilisées puis rebondir, au choix, sur les fiches de description des matériaux utilisés et de leurs techniques de façonnage (issues du chantier de recherche sur le cycle de vie des matériaux), ou bien sur la description de ce type de marionnette et sur l’histoire du terme utilisé pour les qualifier (issues du chantier sur la terminologie multilingue). La navigation peut se faire par requêtage puis filtrage par facettes, ou par datavisualisation (graphe, carte, frise etc.)

Ces nouvelles approches, qui permettent à la fois de croiser un grand nombre de données hétérogènes et de pratiquer des navigations plus intuitives, ouvrent de nombreux possibles aussi bien pour la recherche que pour les professionnels du secteur et pour le partage avec le grand public.

En tant que co-fondateur de l’entreprise PMB Services, Florent Tétart a conclu sur l’intérêt que représente, sur le plan de la recherche et de l’innovation, la collaboration avec une institution culturelle telle que l’Institut dans le cadre du projet Portail des Arts de la Marionnette. Le champ des arts de la marionnette étant par essence interdisciplinaire et mobilisant autour de lui un grand nombre de corps de métier (des différents métiers artistiques à ceux de la diffusion en passant par la documentation, le patrimoine, la formation, la recherche etc.), les données à intégrer au nouveau PAM sont extrêmement riches et hétérogènes. Par ailleurs, autour de ce corpus sont rassemblées des expertises pluridisciplinaires. Ceci permet de mettre à l’épreuve la structuration d’un outil capable d’intégrer des éléments entretenant entre eux des relations aussi variées et précisément qualifiées. C’est pourquoi PMB Services et l’Institut international de la marionnette ont répondu ensemble à l’appel à projet Services culturels numériques innovants du Ministère de la Culture et de la Communication, dont ils sont l’un des lauréats en 2017. Les outils produits dans ce type de démarches sont bien évidemment transférables à d’autres domaines culturels voire économiques, d’autant que PMB est un logiciel libre et que l’Institut, à travers le PAM et la chaire ICiMa, travaille à la formulation et au partage des méthodologies mises en œuvre.

L’influence de ces recherches sur la création et la formation des artistes

David Girondin-Moab (cie Pseudonymo, festival Orbis Pictus, Jardin Parallèle à Reims) a conclu sur l’intérêt, pour les artistes, de participer à ces chantiers de recherche interdisciplinaires. La réflexion qu’ils stimulent sur les notions de création et d’innovation autant que les défis conceptuels posés par les ingénieurs et chercheurs sont des moteurs pour l’expérimentation artistique.

En outre, ces recherches ont déjà une incidence sur la formation des marionnettistes : les étudiants de l’ESNAM participent à la formulation des besoins, à la collectes de données, et à certaines des expérimentations. De plus, les fruits de ces recherches vont permettre de produire  de nouveaux supports d’information et de modules de formation à destination des artistes, en formation initiale ou continue.

L’équipe de la Chaire ICiMa à l’Institut International de la Marionnette.

Image à la Une : Ouverture de la table-ronde par Bruno Désert (chargé de mission Territoires-Population & Arts de la  scène, Direction de la culture, du patrimoine et de la mémoire, région Grand Est) © Julie Postel pour l’Institut International de la Marionnette.