Compte-rendu du 42e Congrès de la société française de biomécanique au Cnac – 2 et 3 novembre 2017

Dans le cadre du chantier « Biomécanique » de l’axe 2 « Geste et mouvement » de la chaire ICiMa, mené en partenariat avec l’UFR STAPS de l’Université Reims Champagne-Ardenne (URCA) et le Professeur William Bertucci, le Cnac participait à l’organisation du 42e Congrès de la Société française de Biomécanique qui s’est tenu à Reims et Châlons-en-Champagne les 2 et 3 novembre 2017.

[Consulter le programme du 42e Congrès de la Société française de Biomécanique ]

[Programme détaillé]

Le Cnac a notamment accueilli dans l’enceinte du cirque historique la conférence de clôture de ce congrès qui réunissait plus de 140 chercheurs internationaux spécialistes de ce champ de recherche le vendredi 3 novembre 2017.

Le Cnac recevait à cette occasion le biomécanicien François Prince, professeur titulaire aux départements de kinésiologie et de chirurgie de l’Université de Montréal et chercheur associé au centre de recherche de l’École Nationale de Cirque de Montréal (ENC) venu présenter les résultats des recherches en biomécanique qu’il mène dans cette école en collaboration avec les biomécaniciennes Marion Cossin et Raphaëlle Creniault. François Prince et son équipe ont étudié la charge et le rythme de travail des élèves en formation dans cette école qui reçoivent, comme au Cnac, un enseignement acrobatique de haut niveau.

Conférence du Professeur François Prince au Cnac © Cyril Thomas

L’objectif des recherches réalisées à Montréal est d’améliorer les emplois du temps à chaque étape du cursus et les programmes d’entraînements en tenant compte de la progression des élèves afin de limiter les risques de blessures durant les années de formation, mais aussi après leur sortie de l’école. Il s’agit également d’améliorer la longévité des carrières des artistes et leur santé dans l’exercice de leur métier. La recension de l’ensemble des blessures survenues à l’ENC entre 2009 et 2016 a permis aux biomécaniciens d’identifier dans quelles disciplines les blessures sont les plus fréquentes (disciplines aériennes, disciplines avec équipement, acrobates au sol et équilibristes), les parties de l’anatomie les plus fréquemment touchées (ceintures scapulaires et pelviennes, ainsi que les chevilles) et le type de blessures les plus fréquentes (tendinites). Outre une augmentation des blessures au moment de leurs évaluations, François Prince a repéré un pic de blessures des étudiants durant les mois de septembre et de janvier, au retour de période de vacances, qu’il explique par le déconditionnement de l’entraînement. L’école préconise désormais à ses élèves un programme de maintien de la condition physique pendant les vacances.

Conférence du Professeur François Prince au Cnac © Cyril Thomas.

Conjointement à l’étude de la charge globale des cursus en cirque de l’ENC, François Prince et ses collaboratrices étudient également la charge spécifique impliquée par la pratique de différents agrès. Ils observent ainsi les forces que subissent le corps des acrobates, notamment les membres supérieurs qui réceptionnent chutes et les lâchés en corde lisse, aux sangles ou dans les autres agrès aériens.

Parmi les perspectives de recherche exposées en conclusion, le biomécanicien indiquait notamment que les travaux effectués permettraient non pas seulement d’adapter les programmes d’entraînements, mais aussi d’adapter les agrès, tels que la bascule coréenne, aux morphologies des étudiants et à leur manière de les utiliser.

Au terme de cette conférence, les participants du 42e Congrès de la Société française de Biomécanique ont pu observer le type d’efforts que demande la pratique acrobatique de haut niveau en appréciant trois numéros réalisés par des étudiants des 29e et 30e promotions du Cnac : Tommy Edwin Entresangle Dagour à la roue Cyr, Silvana Sanchirico au tissu ainsi que Maélie Palomo et Hamza Benlabied en portés acrobatiques.

Image à la une : Conférence du Professeur François Prince au Cnac © Cyril Thomas