Phases de test et essais des prototypes de combinaison anti-brûlure

Suite aux premiers essais des vêtements de protection développés par l’Institut Français du Textile et de l’Habillement pour le Cnac et la chaire ICiMa, le prototype initial a été modifié pour répondre aux besoins exprimés par les circassiens. Romane Cassard, étudiante en licence professionnelle Performance Sports Textile and Footwear à l’Université d’Annecy, dirige les phases de test, en collaboration avec deux étudiants du Cnac de la 31e promotion : Céline Vaillier au mât chinois et Fernando Arévalo Casado à la corde lisse.

[Actualités du chantier Textiles Innovants]

Le tissu élaboré par l’IFTH a pour objectif de protéger le corps des circassiens aux endroits de frottements et de brûlures. Les enjeux sont doubles : une certaine épaisseur est nécessaire pour la protection de la peau et pour que le tissu et les coutures résistent, mais le vêtement requiert aussi élasticité et souplesse afin de ne pas entraver les mouvements du circassien et ainsi assurer fluidité et sécurité.

Le premier prototype consistait en une bande de tissu tubulaire qui recouvrait le buste. Les essais ont mis en lumière la nécessité d’adapter la combinaison en fonction de la discipline pratiquée. Le mât chinois implique un recouvrement de tout le haut du corps, bras compris, puisque l’ensemble des membres supérieurs du machiniste est en contact avec la matière qui recouvre son agrès, le néoprène, agressive pour la peau.

Céline Vaillier, 31e promotion du Cnac

En ce qui concerne la corde lisse, une combinaison à bretelles, sans manches, et jusqu’à mi-cuisse suffit. Le buste, le bassin et les cuisses sont les zones de frottements qui engendrent les brûlures. Ne pas habiller les bras et les jambes sous le genou préserve une plus grande liberté de mouvement. En outre, l’acrobate a besoin d’un contact direct avec son agrès puisque les micro-frottements de la corde sur la peau, qui, dans ce cas, n’engendrent pas de brûlure, permettent une accroche plus importante. Fernando Arévalo Casado reconnaît qu’il préfère sentir l’agrès sur sa peau, ce qui lui confère une plus grande maîtrise. Le fait que la combinaison accroît la transpiration l’incite aussi à choisir un vêtement de protection plus réduit. À ce sujet, l’IFTH a prévu d’expérimenter une nouvelle manière de tricoter pour obtenir des mailles plus aérées.

Fernando Arévalo Casado, 31e promotion du Cnac

Cette phase de test a aussi confirmé le caractère inadapté du pantalon de protection dans la pratique du mât chinois. Pour se protéger des brûlures intenses provoquées par le néoprène qui recouvre l’agrès, les machinistes ont pour habitude de porter un legging et un jean ou un pantalon dont le tissu doit être très résistant. Après analyse des retours de Céline Vaillier suite aux essais, Romane Cassard a dessiné un body qui permettra de protéger le buste tout en restant invariablement collé à la peau des acrobates – les circassiens, qui défient la gravité, connaissent bien le désagrément du haut de corps qui remonte lorsqu’ils ont la tête vers le bas –, le tout en conservant le système de double couche composée de tissus différents pour le pantalon, qui s’avère être le plus efficace.

Les prototypes finaux sont attendus pour l’été 2019.

Rapport de l’essai du 3 juillet 2019 : 
La combinaison sous forme de body est efficace pour le mât chinois.

Céline Vaillier, 31e promotion du Cnac


Le bilan du projet et la validation des prototypes seront présentés à la fin de l’année 2019.

Image à la une : Fernando Arévalo Casado, 31e promotion du Cnac © Romane Cassard, Cnac



Citer ce billet
Karine Saroh (2019, 14 juin). Phases de test et essais des prototypes de combinaison anti-brûlure. ICiMa - Chaire d'Innovation Cirque et Marionnette. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pspe