Publication d’un carnet de recherche et de notation Benesh sur la contorsion

Dans le cadre du chantier « Notation et partition » de l’axe « Geste et mouvement », la chaire ICiMa et le Cnac, en partenariat avec la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société de Lille (MESHS), publient un nouveau carnet, consacré à la notation de la contorsion.

[Voir les actualités du chantier]

Ce carnet fait suite à la table ronde intitulée « Je plie et ne romps pas », organisée en mars 2019 au Prato à Lille et consultable en ligne ici

La première partie de ce carnet rassemble les paroles de huit artistes contorsionnistes (Angela Laurier, Claire Joubert, Ericka Maury-Lascoux, Pierre-Antoine Dussouilliez, Lise Pauton, Elodie Guézou, Adalberto Fernandez Torres, Elodie Chan) par le biais d’entretiens réalisés par Ariane Martinez, maîtresse de conférences à l’Université de Lille.

La richesse de cette publication réside notamment dans la diversité des parcours des contorsionnistes : nous accédons en effet aux témoignages de deux générations d’artistes, s’étant formé.es, voire auto-formé.es, dans différents pays (Chine, France, Québec, Porto-Rico). Si cette pratique a parfois été une révélation, les trajectoires de ces artistes ne sont pas toutes linéaires et l’évocation du choix de la discipline et du processus d’orientation est longuement évoqué dans ces entretiens. Beaucoup sont en effet passé.es par d’autres disciplines artistiques et sportives (GRS, gymnastique, danse classique) ou circassiennes (acrobatie, banquine, équilibre) avant de se consacrer à la contorsion. Parallèlement, leurs créations tendent à s’ouvrir à la transdisciplinarité et à mêler la contorsion avec le chant, le théâtre ou la danse.

Un éclairage conséquent est porté sur l’entraînement à la contorsion dans ce carnet, dans lequel les artistes rendent compte des formations qu’ils et elles ont reçues et décrivent les pédagogies qu’elles et ils ont mises en place. L’équilibre et la cohabitation entre technique et créativité est au coeur de ces analyses, ainsi que le rapport à la souffrance, qui s’exprime entre acceptation de cette sensation et mise en place de techniques permettant d’éviter les douleurs (deux approches qui ne sont d’ailleurs pas contradictoires) :

Adalberto Fernandez Torres, Echappées 2016, Cnac. Photographie : Patricia Hardy.

« il faut aimer un peu la douleur pour faire de la contorsion ; pas n’importe quelle douleur, pas celle qui signale une blessure, mais celle qu’il faut supporter pour aller un peu plus loin, pour correspondre à la figure que tu veux faire » (Adalberto Fernandez Torres, p.30-31)

« quand j’ai mis en place mon propre entrainement, j’ai rejeté certains conseils néfastes (…) j’ai trouvé des stratégies pour ne pas me faire mal » (Ericka Maury-Lascoux, p. 14)

Parallèlement à la souffrance, et au-delà des préjugés, certain.es des artistes évoquent le bien-être que leur apporte la contorsion, « discipline de vie 1 » vécue par beaucoup comme une thérapie, comme une pratique propice à la méditation, au soin.

Il est également à noter que la question du freak, parfois associé à cette discipline, affleure dans les témoignages. Comme l’explique Pierre-Antoine Dussouillez, « dans les années 1990, on avait tendance à rejeter cette dimension-là de la contorsion, qui existait dans le cabaret d’autrefois2  ». On constate que s’amorcent aujourd’hui des relectures du freak, à travers peut-être une réappropriation du stigmate, qui s’ouvre vers une poétique de la métamorphose, du devenir-animal, de la démultiplication du corps :

« Quand, en pont, je remue la tête, c’est une crinière de cheval qui apparaît. (…) J’amène aussi le démembrement, la déconstruction de certaines perceptions du corps, afin que le spectateur s’interroge et puisse penser qu’il y a plusieurs corps en un seul. » (Lise Pauton, p. 22)

Dans la deuxième partie du carnet, le-la lecteur.ice pourra découvrir une partition d’un numéro de contorsion écrit par Katrin Wolf et interprété par Adalberto Fernandez Torres. Ce numéro de 6 minutes 30, intitulé Dawn et inspiré par des souvenirs d’enfance de son autrice, évoque le moment du réveil et les étirements qui l’accompagnent, étirements qui se transforment en mouvements de contorsion. Comme le souligne Cyril Thomas dans la préface, « la notation devient un outil de création qui est transmis à un interprète lui-même capable d’appréhender l’écriture pour retravailler tel ou tel mouvement d’un numéro écrit et joué pour l’occasion. » 3

Extrait de la partition de Dawn, numéro et partition réalisés par Katrin Wolf

Le carnet se termine par une bibliographie réalisée par Ariane Martinez.

Les carnets de notation sont des publications gratuites destinées à la diffusion des arts et savoirs du cirque. Ils sont disponibles auprès du Centre de ressources documentaires du Cnac (1 rue du cirque, 51000 Châlons-en-Champagne) ou sur demande à cyril [point] thomas[at]cnac[point] fr.

Image à la une : Lise Pauton, Au fil des torsions, 2015. Photographie : Christophe Chaumanet.



Citer ce billet
Diane Moquet (2020, 22 janvier). Publication d’un carnet de recherche et de notation Benesh sur la contorsion. ICiMa - Chaire d'Innovation Cirque et Marionnette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pspn

  1. Expression utilisée par Ariane Martinez, lors de la rencontre « Je plie et ne romps pas » au Prato à Lille, le 21 mars 2019 []
  2. Ariane Martinez, Katrin Wolf, Carnet de recherche notation Benesh, p.19 []
  3. Cyril Thomas, in Ariane Martinez, Katrin Wolf, Carnet de recherche notation Benesh / Contorsion, préface p. 2 []