L’émersiologie, une philosophie du corps

Le professeur Bernard Andrieu est partenaire de la chaire ICiMa au sein de l’axe Geste & Mouvement. Il pilote le projet consacré au vécu corporel, axé sur la notion d’émersiologie, qu’il a créé et qu’il définit ainsi :

« L’émersiologie, comme écologie corporelle, étudie la langue du corps vivant dans l’éveil de nouvelles sensations jusqu’à la conscience sans que celle-ci l’ait désiré volontairement ni recherché délibérément dans une performance. Éveiller son corps vivant par des techniques du corps suppose de pouvoir l’activer en le plaçant dans des situations vivifiantes qui déconstruisent le schéma corporel habituel. Plutôt que de lâcher prise dans une situation de perte de contrôle il s’agit de déclencher l’émersion en laissant passer l’involontaire et l’inconscient tout en ne s’en délivrant pas dans une transe mais dans une danse, un mouvement majoritairement contrôlé ou dans une image de motricité libérée. » (extrait de la présentation du séminaire conduit par Bernard Andrieu à l’Université Paris-Descartes, Laboratoire TEC – Techniques et Enjeux du Corps)

C46A0697
Entrainement au Cnac avec une caméra embarquée sur la poitrine, support d’une réflexion philosophique sur le geste parasite. (c) Cnac

Bernard Andrieu dispense les cours de philosophie du corps au Cnac depuis plusieurs années, avec la volonté de développer chez les étudiants une culture corporelle favorisant leur autonomie dans la prévention des blessures en contexte d’entraînement. Ses recherches au Cnac se poursuivent dans le cadre de la chaire ICiMa, avec la possibilité d’adapter certains questionnements à la pratique marionnettique, notamment concernant les notions de gestes émersifs et de gestes parasites.

Les méthodes qu’il a mises en place avec les étudiants circassiens, l’analyse et les résultats produits ont donnée lieu à la publication d’un ouvrage accompagné d’un DVD aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre en décembre 2016 :

Apprendre de son corps et de ses gestes. Une méthode réflexive au Centre National des Arts du Cirque.

« Ce livre réunit des films tournés en GoPro, réunis dans un DVD réalisé par Raoul Bender, nos photographies à l’entraînement et nos entretiens avec les artistes du Centre national du cirque (CNAC) de Châlons-en-Champagne. Chacun peut reconnaître trois types de mouvements dans son corps : les gestes involontaires produits par l’adaptation de notre corps vivant, les gestes incorporés par les techniques et les apprentissages, les gestes intentionnels et conscients de nos décisions motrices. Émotions, affects, peur et vertige trouvent dans le corps vivant des informations inédites qui contribuent à notre bien-être. L’analyse du mouvement favorise à la fois la confiance corporelle et l’estime de soi. Le partage des gestes avec les autres corps nourrit une belle intercorporéité. » (résumé éditeur).

La traduction anglaise Learning from your body, an emersive method at the Cnac est disponible depuis 2018 aux Presses universitaires de Rouen et du Havre.

Un premier aperçu de cette recherche en cours a été édité sous forme de fascicule (disponible au Cnac), sous le même titre.

Le colloque « Entre les corps. Les pratiques émersiologiques aujourd’hui (cirques, marionnettes, performance et arts immersifs) » qui s’est tenu les 7 et 8 octobre 2016 au Cnac à Châlons-en-Champagne dans le cadre de la Fête de la science a été l’occasion de prolonger les recherches sur le vécu corporel de l’artiste en élargissant cette approche à d’autres pratiques physiques et artistiques que le cirque, notamment à celles des arts de la marionnette.

La chaire ICiMa a publié en 2017 les actes de ce colloque aux éditions L’Harmattan :

Entre les corps. Les pratiques émersiologiques aujourd’hui (cirques, marionnettes, performance et arts immersifs). Actes du colloque des 7 et 8 octobre 2016 au Centre national des arts du cirque.

Couverture du livre« L’art vivant implique le corps dans la création d’une esthétique intercorporelle : relation directe avec le public, échanges entre les partenaires, émersion de sensations intimes. Par le contact tactile des mains, des corps et des peaux, des informations invisibles sont activées dans les réseaux nerveux, hormonaux et cérébraux. Ainsi, les artistes se reconnaissent par la projection de leur espace corporel qui repose sur une sensibilité empathique, dans une reconnaissance affective et sur une résonance motrice ». (Résumé éditeur).

Pour introduire cette recherche spécifique conduite dans le cadre de la chaire ICiMa, vous pouvez consulter la sélection bibliographique suivante. Les ouvrages disponibles au Centre de ressources du Cnac (Châlons-en-Champagne, 51) sont précédés d’un * .

Ouvrages de Bernard Andrieu :

*ANDRIEU Bernard, DA NOBREGA Petrucia (sous la dir.), Somaticiens : encyclopédie des corps. La conscience corporelle, Paris, L’Harmattan, 2017.

« L’Encyclopédie du corps « Somaticiens » vise à transmettre des connaissances produites par des gens qui se sont investis dans la libération du corps et la compréhension de la culture corporelle. Les entrées de la centaine de notices ici publiées sont fabriquées à partir des noms de ces pionniers et pionnières du corps et de leurs connaissances, compétences, valeurs et possibilités ». [Lire un extrait en ligne.]

*ANDRIEU Bernard, COLLARD Luc (sous la dir.), Apprendre de ses gestes : de la santé motrice au bien-être, Paris, L’Harmattan, 2017.

« Apprendre de sa santé motrice nécessite, en première partie, d’analyser les gestes à partir des techniques du corps et des effets sur la perception du corps vécu. Apprendre du bien-être de son corps vivant, en deuxième partie, explore l’estime de soi et l’approfondissement par des gestes sensoriels. Apprendre par des gestes ludo-coopératifs ouvre, en troisième partie, à une socialisation heureuse et partagée dans une santé durable. » (résumé éditeur). [Lire un extrait en ligne.]

*ANDRIEU, Bernard, L‘Écologie corporelle. Tome 1. Bien-être et cosmose, Paris, L’Harmattan, 2017.

« L’écologie corporelle est le principe de constitution des relations entre le corps et le monde : exploration et apprentissage du milieu intérieur du corps, redécouverte d’une nature intériorisée. L’injonction au bien-être est partout, et le marché du bien-être est désormais un moyen de proposer des pratiques alternatives (nouveaux thermalismes, masseurs-khinésithérapeutes, pratiques de plein air, sport de pleine nature…). La cosmose, concept-clé de cet ouvrage, décrit comment le corps, dans les éléments et les expériences corporelles, trouve une harmonie et un éveil créatif ». (Résumé éditeur). [Lire un extrait en ligne.]

*ANDRIEU, Bernard, L’Écologie corporelle. Tome 2. Émersion vivante et techniques écologiques, Paris, L’Harmattan, 2017.

« Dans l’histoire des techniques et des sciences, l’humanité a créé des techniques écologiques pour éveiller les corps et en définir de nouvelles utilisations. Grâce à l’énergie solaire, le bronzage est devenu une économie durable de la santé, tandis que le retour à la terre aura trouvé un mode équitable des relations entre les hommes et les espèces. Plonger dans les éléments, c’est aussi l’occasion d’écologiser notre corps vivant et d’éveiller des informations inédites ou perdues dans la mémoire inconsciente ». (Résumé éditeur). [Lire un extrait en ligne]

*ANDRIEU, Bernard, Se fondre dans la nature. Figure de la cosmose : cosmotique 1, Montréal, Liber, 2017.

« Faire corps avec la nature, est-ce une disposition ou une sensation ? En se fondant dans l’élément, le retour à la nature paraît s’accomplir : intensité, pureté et authenticité seraient les vertus de la nature. Qui peut pourtant nous absorber jusqu’à nous anéantir : présumant de nos forces vitales, notre corps vivant trouve des limites à son adaptation dans le tsunami, la faim ou la sécheresse. Mais dans la nature notre corps peut aussi éveiller en lui des ressources inédites et des émotions : en nous rendant plus vivants, la cosmose immerge notre corps dans le cosmos et éveille la vie capacitaire. » (Résumé éditeur).

*ANDRIEU Bernard, DA NOBREGA Petrucia (sous la dir.), Au travers du vivant. Dans l’esthésiologie, l’émersiologie, Paris, L’Harmattan, 2017.

« En prêtant une attention au vivant extérieur (le cosmos et la nature) et intérieur (notre corps et nos sensations internes), les sciences du vivant que sont l’esthésiologie et l’émersiologie viennent renouveler leur méthode. L’écologie corporelle, étudiée dans les précédents ouvrages de l’auteur, permet effectivement de s’ouvrir au monde et de s’y sentir présent. Car la question centrale est la suivante : comment passer au travers du vivant et pas seulement à travers ? » (Résumé éditeur). [Lire un extrait en ligne.]

Andrieu Bernard, sentir son corps vivant*ANDRIEU Bernard, Sentir son corps vivant. Emersiologie 1, Paris, Vrin, 2016.
« L’activité du corps vivant précède notre conscience du corps vécu et produit en nous des gestes involontaires : émotions, vertige, orgasme, réminiscences et douleurs. Sentir son corps vivant nous éveille à une nouvelle connaissance de soi et d’autrui, et exige une attention à soi dans le cours de notre existence, mais aussi à travers une intercorporéité.
En s’appuyant sur les neurosciences in vivo et les techniques immersives, l’auteur analyse les apports d’une phénoménologie neurobiologique de l’action, décrit l’écologie corporelle à partir de l’activation prémotrice du vivant, et dévoile ces émersions expérientielles qui éveillent dans le vivant des capacités inédites. Il nous présente ainsi l’émersiologie, une philosophie du corps qui lie le vivant et le vécu et propose de dynamiser nos sensations profondes pour changer notre schéma corporel et notre action dans le monde. » (résumé éditeur).

*ANDRIEU Bernard, Donner le vertige :  les arts immersifs, Montréal (Québec), Liber, 2014.

Andrieu Bernard, les arts immersifsInscrit dans un projet d’anthropologie sensorielle de l’intime, cet ouvrage montre comment l’expérience du vertige dévoile une part cachée de notre écologie corporelle. Sur les arts du cirque plus spécifiquement, on pourra consulter le chapitre 5, « Le plaisir du vertige circassien ». La danse et le yoga sont également abordés, et avec d’autres exemples, permettent de définir un « art de s’émerser ».

*ANDRIEU Bernard, Jacqueline MORLOT, et Guillaume RICHARD (dir.), L’expérience corporelle : Ve Biennale de l’AFRAPS, 28-29 juin 2012, Clapiers, AFRAPS, 2013.

Andrieu Bernard, colloque AFRAPSLa Ve Biennale de l’AFRAPS intitulée « L’expérience corporelle. Éclairages philosophiques, éthiques & épistémologiques » s’est déroulée à la Faculté du Sport de Nancy les 28 et 29 juin 2012. Cet ouvrage ouvre une voie pour une épistémologie et une philosophie du sport, en retrouvant ce qui a été fondé par les pionniers du Staps. Les notions d’expérience corporelle, d’expérience motrice et d’écologie corporelle des pratiques y sont notamment abordées.

Andrieu Bernard, philosophies du corps*ANDRIEU Bernard (dir.), Philosophie du corps :  expériences, interactions et écologie corporelle, Paris, J. Vrin, coll. « Textes clés », 2010.

« La philosophie du corps, depuis Merleau-Ponty, décrit dans l’expérience vécue les relations écologiques du soi avec les autres, par l’étude des interactions entre le corps, le cerveau-esprit, les cultures et le monde. Le renouvellement des travaux de la phénoménologie du corps par les neurosciences permet de fonder une nouvelle ontologie humanisant le corps dès sa constitution. Les textes du présent recueil abordent l’expérience corporelle sous les thèmes liés de l’identité corporelle, de l’image du corps et du schéma corporel. La philosophie du corps ainsi conçue fournit une méthodologie interdisciplinaire et une ontologie de l’immersion aux débats contemporains sur la bioéthique, le care et le genre. » (résumé éditeur)

*ANDRIEU, Bernard, Le Corps dispersé. Histoire du corps au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1993. [Lire un extrait en ligne]

Un certain nombre d’articles sont également publiés en langue française et en langue étrangère. Vous trouverez la liste des publications de Bernard Andrieu sur le site du laboratoire Techniques et Enjeux du corps.

Un court article écrit avec Olivier Sirost situe l’émersiologie dans le courant plus vaste de l’écologie corporelle. L’article en résume les fondements et en présente les diverses branches :

Andrieu Bernard et Olivier Sirost, « Introduction. L’écologie corporelle », Sociétés, 17 décembre 2014, no 125, p. 5‑10. (disponible en ligne).
Autour du concept d’émersiologie, vous pouvez également consulter :
Bernard Anaïs, ImmersivitéBERNARD Anaïs, Immersivité de l’art: interactions, imsertions, hybridations, Paris, France, l’Harmattan, 2015.

« S’inscrivant dans une démarche marquée par son interdisciplinarité, l’ouvrage s’élabore à la lumière d’une véritable « émersiologie », entendue comme une « science réflexive née de l’émersion des sensibles provenant de notre corps vivant dans la conscience du corps vécu » (pp. 7-12). L’ « émersiologie » ainsi introduite par Bernard Andrieu s’organise suivant une « écologie du corps » articulée autour d’une forme de dichotomie somesthésique entre le « sentant », lié au subconscient, et le « senti », rattaché à la conscience. À l’insu du sujet, le « corps vivant » traite des informations qui, parvenues à retardement à la surface de la conscience du « corps vécu », activent en lui des sensations absolument nouvelles. À la faveur d’un processus de feedback, le « corps vécu » rétroagit sur le « corps vivant » par une modification de son image et de ses schèmes. » (extrait de la recension d’Hélène CROMBET, Questions de communication 2015/2 (n° 28), article en ligne)

Image à la une : Juan Ignacio Tula, Roue Cyr, 26e promotion du Cnac, 2014 © Bernard Andrieu