Etude sur les ateliers de constructeurs-trices de marionnettes

Depuis fin 2020, dans le prolongement de ses travaux sur l’éco-conception de marionnettes, la chaire ICiMa mène une étude sur une dizaine de lieux investis et aménagés par des marionnettistes qui ont choisi de les mettre en partage. Tous ces lieux sont conçus par une compagnie, un.e artiste avec ses méthodes de travail spécifiques, et doivent s’adapter à la diversité des projets accueillis.

L’usage de l’atelier, de l’intime au partagé

Qu’y a-t-il de spécifique dans les ateliers de marionnettistes ? De quoi ont-ils besoin en particulier? Un atelier de marionnettiste se rapproche-t-il plus d’un atelier d’artiste ou d’un atelier de construction de décors ? Si chaque constructeur-trice est considéré comme un artiste, avec donc quelque chose d’unique dans sa production artistique, comment peut-il partager son espace, mais surtout ces outils et son matériel ? 

Du point de vue des aménagements d’espaces, des outils, des matières premières utilisées, les ateliers de marionnettistes ont-ils des points communs ? Peut-on identifier des bonnes pratiques à partager ?

Ces lieux, plus ou moins aménagés et équipés, sont associés à une salle de répétition elle aussi plus ou moins équipée. Cela permet les allers-retours nécessaires au perfectionnement des objets du spectacle, de les voir dans la lumière qui les attend. 

Ces espaces de travail sont des indicateurs importants pour étudier la profession et comprendre la création. Par exemple, c’est là qu’on peut constater que la possession de machines particulières peuvent conditionner des types de construction, et inversement. C’est un espace de création essentiel, dans lequel les artistes peuvent parfois passer de longues périodes, c’est un espace de dialogue particulier pour les équipes, qui peuvent ensuite aller “vérifier” le fruit de leurs échanges dans l’espace de répétition. Ces ateliers conçus par des artistes et qui proposent des accueils en résidence peuvent aussi devenir des espaces de transmission informels.

Le temps de fabrication, c’est un réel temps de création et de concentration. Martial Anton, Cie Tro-heol.

Lieux visités entre mars 2021 et février 2022 : Mazette ! (72) ; Tro Heol (29) ; Le CYAM – Cie pipasol (78) ; Le Tas de sable-Cie Ches Panses Vertes (80) ; Le Théâtre à la coque (56) ; Odradek – Cie Pupella-Noguès (31) ; L’ Usinotopie (31) ; Arketal (06) ; Le METT – Cie Emilie Valantin (07).

Carte des ateliers: 

https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/enquete-ateliers-de-marionnettistes-par-la-chaire-_700351#6/47.309/5.208

Méthodologie : Questionnaire écrit, entretien enregistré (voir matrice), prises de vue, réalisation de croquis, collecte terminologique, collecte de plans et documents. L’étude est menée par Noémie Géron, secrétaire scientifique de la chaire ICiMa et elle-même constructrice de marionnettes, avec la collaboration de Stéphane Riou, ingénieur de recherche en linguistique de la chaire ICiMa. Le protocole de collecte a été présenté et discuté lors du séminaire de l’Opmé (Observatoire des pratiques médiatiques émergentes, laboratoire Praxiling UMR 5267 CNRS /  Université Paul Valéry – Montpellier 3).

Productions attendues

  • Synthèse publiée dans l’univers Construire du Portail des Arts de la Marionnette
  • Images, plans et entretiens (audio) versées sous licence Creative commons dans le Portail des Arts de la Marionnette
  • Le fruit de ce travail, ainsi que d’autres travaux menés dans le cadre du chantier “Cycle de vie des matériaux du spectacle vivant” de la chaire ICiMa contribueront à la rédaction d’un livre blanc pour la mise en place d’ateliers de construction de marionnettes mutualisés qui pourront notamment servir de référence pour les futurs lieux labellisés CNMa.

Cette étude a reçu le soutien de la DRAC Grand Est (Développement durable).

Image à la une : Atelier du Théâtre à la Coque (Hennebont) – novembre 2021. Chaire ICiMa / Photo : N. Géron.