La cinétographie (notation Laban) à l’épreuve de la marionnette

Compte-rendu des premières pistes expérimentées

Le point de vue d’étudiants notateurs 

Contexte

Face au besoin de documenter, conserver et transmettre les gestes des marionnettistes, la chaire ICiMa a lancé en 2016 un chantier de recherche « Notations et partitions », lui-même étroitement articulé à son axe “Terminologie multilingue des arts du cirque et des arts de la marionnette”. Sur ce sujet, l’une des pistes de travail de la chaire ICiMa, ouverte avec Delphine Demont en 2010, est l’exploration des potentialités offertes par notation Laban pour l’écriture du mouvement marionnettique. En lien avec la chaire, la marionnettiste et metteure en scène Alexandra Vuillet, intéressée par les problématiques de désignation et de notation aussi bien dans sa pratique pédagogique que dans son travail de création, a proposé de contribuer à l’expérimentation de celle-ci avec la compagnie La Collective, et au cours de son enseignement à l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette à Charleville-Mézières (ESNAM) (Institut International de la Marionnette (IIM)), en nous associant, Blandine Brasseur et Vincent Lenfant, étudiants-notateurs du mouvement Laban en second cycle de perfectionnement suivant l’enseignement de Noëlle Simonet au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris (CNSMDP). Nous proposons ici une synthèse des observations et expérimentations que nous avons réalisées dans ce contexte.

[Télécharger l’article]

 



Citer ce billet
Chaire ICiMa (2023, 14 septembre). La cinétographie (notation Laban) à l’épreuve de la marionnette. ICiMa - Chaire d'Innovation Cirque et Marionnette. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/psqz