Chercheurs associés

Enseignants-chercheurs

Bernard Andrieu est philosophe, professeur à l’université Paris-Descartes, directeur du laboratoire Techniques et enjeux du corps (TEC, EA 3625) et coordinateur du GDRI 836 CNRS (intervenant au Cnac). Après avoir été 2005 à 2014 Professeur en épistémologie du corps et des pratiques corporelles à l’Université de Nancy, il a été enseignant-chercheur à l’Université de Rouen et chercheur au CETAPS1 de 2014 à 2015. Philosophe du corps, il publie des travaux d’histoire des pratiques corporelles (comme le bronzage, le toucher, le vivant, les prématurés, le plein air, l’immersion, le vertige circassien au pôle recherche du Cnac /Centre national des arts du cirque, l’hybridation ou les cultes du corps) et établit une écologie corporelle. Il développe une émersiologie du corps vivant dans la conscience du corps vécu.

Clarisse Bardiot est maître de conférences à l’université de Valenciennes (laboratoire DeVisu), chercheur associé au CNRS (laboratoire Thalim) ainsi qu’au laboratoire ArtSciLab Experimental Publishing Initiative à l’université du Texas à Dallas.
Après un doctorat sur les Théâtre Virtuels (Sorbonne Nouvelle/CNRS) en 2005, elle obtient la bourse de chercheur-résident de la Fondation Daniel Langlois à Montréal pour une recherche sur 9 Evenings, Theatre & Engineering puis contribue au projet international DOCAM. De 2006 à 2010, elle coordonne deux projets européen (CECN2 et Transdigital), conduit de nombreux projets de formations et de résidences d’artistes autour des arts de la scène et des technologies et est rédactrice en chef de la revue Patch. En 2011, elle crée Subjectile, une maison d’édition consacrée à la création contemporaine sous forme de publications imprimées et numériques et de 2013 à 2015 ouvre une galerie à Bruxelles. En 2016, elle est sélectionnée pour participer au programme long « culture analytics » à l’institut de mathématiques de l’université de Californie à Los Angeles.
Ses axes de recherche concernent les humanités numériques, l’histoire et l’esthétique des digital performances, les relations art / science / technologie, la conservation des œuvres numériques et les nouvelles formes d’édition. Elle a notamment publié Arts de la scène et technologies numériques : les digital performances, Collection Les Basiques, Leonardo/Olats, juin 2013 ; 9 Evenings, Theatre & Engineering, site Internet de la Fondation Daniel Langlois, mai 2006.
Elle contribue avec Rekall, un environnement open-source pour documenter, analyser les processus de création et simplifier la reprise des œuvres et Mémo-rekall au chantier « Notations et partitions » de la chaire ICiMa.

Françoise Canon-Roger est professeure de linguistique à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) et membre du CIRLEP (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues Et la Pensée). Elle a soutenu en 1994 un doctorat à l’Université de Reims Champagne-Ardenne sur l’oeuvre de John Banville sous la direction de C. Fierobe et un HDR en 2005 à l’Université Paris Sorbonne, dirigé par Pierre Cotte et intitulé: “Diversité des langues, diversité des textes”. Elle enseigne également la traductologie et la linguistique anglaise et a traduit différents textes littéraires depuis l’anglais (Somerville et Ross, William Carleton, Fitz-James O’Brien).

Nadia Makouar est docteure de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales en sciences du langage (section 7) et qualifiée maître de conférence en sciences du langage et en langues et littératures arabe (section 7 et 15). Elle a enseigné à l’INALCO (sémantique de corpus), l’Université de Rouen (linguistique, didactique et interculturalité), l’université d’État de Tbilissi (linguistique de corpus) et à l’UNESCO (langue-culture arabe). Chercheuse associée à l’équipe de recherche Textes, Informatique, Multilinguisme à l’INALCO, ses recherches s’inscrivent dans le courant  des Digital Humanities et visent à la transmission à un public non spécialiste des méthodes de linguistique de corpus (permet d’extraire d’un ensemble de textes les faits langagiers qui lui sont caractéristiques). Sa thèse a porté sur l’analyse des textes numériques et la transposition des techniques et des pratiques d’analyse avec les TIC (technologies de l’information et de la communication) pour des étudiants de l’INALCO. Pour ses travaux, elle recourt à différentes techniques en Traitement Automatique des Langues (TAL), de la constitution d’un corpus jusqu’à son analyse avec les logiciels de statistiques textuelles. Dans le cadre du projet ANR C-MANTIC (2009 à 2010 – ERTIM-INALCO), elle a travaillé sur le traitement semi-automatique de masse de données, sur l’annotation sémantique et la détection d’opinions dans les blogs sur la thématique du tabac, ainsi que sur l’analyse sémantique comparative des textes des industriels du tabac et de la prévention contre le tabagisme. Dans le cadre du projet ANR Aliento (INALCO- Université Nancy 2 – MSH Lorraine), elle a participé aux travaux de philologie et d’annotation de corpus de textes anciens ainsi qu’à la mise en ligne d’informations sur le site du groupe de recherche. En étroite collaboration avec le CIRLEP (Université de Reims Champagne-Ardenne), sa mission d’ingénieure de recherche en linguistique au sein de la chaire ICiMa a consisté à organiser la collecte de corpus écrits et oraux des arts de la marionnette et des arts du cirque, d’en assurer la retranscription et/ou la numérisation ainsi que l’analyse pour l’extraction des termes, afin d’élaborer un lexique et des thésaurus multilingues. Ce travail était destiné à améliorer la description des pratiques des arts de la marionnette et des arts du cirque (pour les praticiens et pédagogues, pour les institutions du patrimoine, pour la recherche), et à faciliter l’intercompréhension des différents acteurs sur le plan international. Nadia Makouar a assumé la charge d’ingénieure de recherche en linguistique pour la chaire ICiMa de septembre 2016 à mars 2018.

Ariane Martinez est maître de conférences en études théâtrales à l’Université de Lille et membre du CEAC depuis 2017. Ses recherches portent sur l’histoire et l’esthétique des arts de la scène (théâtre, mime et cirque), de la fin du XIXe siècle à nos jours.
Elle a été auparavant maître de conférences à l’Université de Grenoble Alpes et membre de l’UMR LITT&ARTS 5316 (2009-2017), enseignante de Lettres option Théâtre au Lycée Louis Bascan de Rambouillet (2008-2009) et allocataire monitrice puis ATER à l’Institut d’Études Théâtrales de Paris 3 (2002-2008). Ancienne élève de L’ENS-LSH, elle est agrégée de Lettres Modernes.
Dans le domaine du cirque, elle a exploré deux périodes et deux champs spécifiques : d’une part, la pantomime acrobatique au tournant des XIXe et XXe siècles ; d’autre part, le cirque contemporain, sa dramaturgie et sa théâtralité. Elle travaille régulièrement avec le Centre National des Arts du Cirque (intervention dans le cadre du certificat universitaire en dramaturgie circassienne) et avec l’Odyssée, Pôle ressource des arts du mime et du geste. En 2018-19, elle met en place à l’Université de Lille une résidence d’artiste pour la contorsionniste Lise Pauton, en partenariat avec le Prato, le Cnac et la chaire ICiMa (Axe Terminologie).

Bertrand Porot est professeur des universités à l’Université de Reims et rattaché au Centre d’études et de recherches en histoire culturelle (CERHIC) de cette université. Il est codirecteur, avec Raphaëlle Legrand, du GRIMAS, groupe de recherches sur les arts de la scène, de l’IReMus (CNRS-Université Paris-Sorbonne). Il est directeur du projet ANR CIRESFI (Contrainte et Intégration : pour une réévaluation des spectacles forains et italiens sous l’Ancien Régime), pour la partie musicologique. Ses recherches portent sur l’opéra et l’opéra-comique français ainsi que sur la vie musicale des xviie et xviiie siècles. Il a publié plus de cinquante articles scientifiques, articles de dictionnaire et préfaces. Il a donné notamment un chapitre à l’ouvrage paru chez Brépols, The Opéra-comique in the XVIII-and XIX-Centuries (2011) : « Aux origines de l’opéra-comique : étude musicale du Théâtre de la Foire de Lesage et d’Orneval (1713-1734) ». Il a codirigé l’ouvrage Les Interactions entre musique et théâtre aux éditions L’Entretemps en 2011 et l’ouvrage Musiciennes en duo, Compagne, fille, sœur d’artistes, publié aux Presses universitaires de Rennes en 2015. Une monographie sur l’opéra-comique dans la première moitié du XVIIIe siècle pour les éditions Vrin (collection « MusicologieS ») est en cours de publication.

Serge Rohmer est enseignant chercheur à l’Université de Technologie de Troyes. Il a d’abord développé des méthodologies et outils dédiés à la sûreté de fonctionnement des systèmes, pour progressivement orienter ses travaux sur le développement durable au sein d’une équipe pluridisciplinaire (CREIDD). Ses préoccupations de recherche concernent l’écoconception de produits, et plus particulièrement l’intégration du concept de frugalité dans les processus d’innovation. L’objectif est d’aider à une meilleure compréhension de ces processus dans des contextes économiques, sociaux et environnementaux très contraints. L’innovation frugale est le thème central des travaux actuels grâce à des partenariats avec des institutions de renom comme l’Indian Institute of Sciences (Bengalore) ou l’Indian Institute of Management Ahmedabad. D’un point de vue méthodologique, il s’appuie essentiellement sur des expérimentations de terrain en développant des procédures d’immersion des chercheurs dans les zones d’expérimentation.  Il publie ses travaux dans diverses revues scientifiques internationales.

Julie Sermon est professeure en Histoire et Esthétique du théâtre contemporain à l’Université Lumière Lyon 2 (Département Arts de la scène, de l’image et de l’écran). Membre du laboratoire « Passages XX-XXI » (EA 4160), et membre associé du groupe de recherche sur la « Poétique de la scène contemporaine » (Paris 3, IRET), elle consacre ses recherches aux dramaturgies textuelles et scéniques (XXe-XXIe siècles). Ses travaux portent sur les théories du personnage théâtral ; la dramaturgie du jeu ; l’analyse des processus de création ; les approches intermédiales ; les approches écocritiques. Auteure des ouvrages Partition(s). Objet et concept des pratiques scéniques (20e et 21e siècles)  (avec Yvanne Chapuis ; Les presses du réel, 2016), Théâtres du XXIe siècle : commencements (avec Jean-Pierre Ryngaert, A. Colin, 2012)  Le Personnage théâtral contemporain : décomposition, recomposition  (avec Jean-Pierre Ryngaert ; Théâtrales, 2006), elle prépare actuellement avec Raphaèle Fleury la publication de Marionnettes et pouvoirs. Censures, propagandes, résistances, actes du colloque international de Charleville-Mézières (2012), à paraître en 2019 (Deuxième Epoque / IIM). Au sein de la chaire ICiMa, elle collabore plus particulièrement aux chantiers « Cycle de vie des matériaux du spectacle vivant » (en lien avec ses travaux sur l’écocritique) et « Notations et partitions du mouvement avec objets« . Parallèlement à ses recherches, elle intervient en tant que dramaturge dans diverses créations contemporaines (Frédéric Maragnani, Joan Ollé, Johanny Bert, Grégoire Strecker, Emilie Flacher etc.)

Ingénieurs de recherche

Romain Allais est docteur en développement durable de l’Université de technologie de Troyes et spécialiste de l’éco-conception. Il obtient en 2007 son diplôme d’ingénieur en génie industriel spécialisé en conception des moyens de production à l’UTBM. En 2009, il débute un master en éco-conception et analyse environnementale à l’UTT et rejoint en mars 2011 l’équipe CREIDD pour un doctorat réalisé dans le cadre du Projet CONVERGENCE, co-financé par l’ANR. Sa recherche porte sur l’intégration au niveau stratégique de l’environnement dans les entreprises, par la redéfinition des modèles économiques et la généralisation des démarches d’éco-conception. Il est actuellement chercheur associé au laboratoire de sciences sociales PACTE, une unité mixte de recherche du CNRS, de l’Université Grenoble Alpes et de Sciences Po Grenoble, et ingénieur de recherche et de développement à l’APESA, centre technologique en environnement et maîtrise des risques basé à Tarnos en Nouvelle-Aquitaine.

Benjamin Tyl est docteur en mécanique et ingénierie de l’Université de Bordeaux 1, ingénieur de recherche à l’APESA et spécialiste de l’éco-innovation. Il a soutenu en 2011 une thèse intitulée: “L’apport de la créativité dans les processus d’éco-innovation : proposition de l’outil EcoASIT pour favoriser l’éco-idéation de systèmes durables” dans le cadre de l’École doctorale des sciences physiques et de l’ingénieur (Talence, Gironde), en partenariat avec Laboratoire de l’intégration du matériau au système (Talence, Gironde).

Doctorant.es

Julie Postel est doctorante en Arts du spectacle au sein du laboratoire Textes et Cultures (EA 4028) de l’Université d’Artois. Elle prépare, sous la direction du Pr Amos Fergombé, une thèse qui s’intitule “Les instances de figuration de la marionnette contemporaine : présence, opacité, évanescence” (à soutenir fin 2018). En lien avec ces travaux de recherche, elle a notamment co-organisé à l’Université d’Artois un temps fort autour de l’œuvre de François Lazaro, intitulé « Territoires clastiques – Pour en finir avec la marionnette » (7 au 22 mars 2016), ainsi qu’une journée d’étude sur « La béance du corps dans les créations scéniques et visuelles contemporaines » (9 juin 2016). Elle est également chargée de cours à l’Université d’Artois et elle a traduit des articles pour la version en ligne à venir de l’Encyclopédie Internationale des Arts de la Marionnette (projet porté par l’UNIMA). Elle participe par ailleurs à l’animation du réseau de coopération international de jeunes chercheurs sur les arts de la marionnette, créé en 2014, sous l’impulsion du pôle Recherche et documentation de l’IIM.  Julie Postel a assumé la charge du secrétariat scientifique de la chaire ICiMa à l’Institut international de la Marionnette de février 2016 à septembre 2017. Elle est aujourd’hui chercheuse associée à la chaire ICiMa.

Un dispositif de recherche porté par le Centre National des Arts du Cirque (Châlons-en-Champagne) et l'Institut International de la Marionnette (Charleville-Mézières)