Tous les articles par Chaire ICiMa

Chantier du thésaurus des arts de la marionnette (ThAM)

Au cours du second semestre 2021 le groupe de travail “Référentiels” du Portail des Arts de la Marionnette a entamé le chantier de la création d’un Thésaurus des Arts de la Marionnette (ThAM).

En coopérant à la création d’un Thésaurus des Arts de la Marionnette (ThAM), les acteurs de ce domaine culturel réunis autour du Portail des Arts de la Marionnette ont pour ambition de produire et diffuser un référentiel permettant: 

  • d’améliorer (pertinence) et d’affiner (spécificité) la description des données relatives aux arts de la marionnette (documents, objets, autorités etc.), dont ils ont fait collectivement le constat qu’elles font actuellement l’objet d’indexations très génériques et ne reposant pas sur le vocabulaire métier employé par les praticiens ;
  • d’harmoniser les pratiques d’indexation des fonds et collections relatifs aux arts de la marionnette sur le plan national et international en créant un environnement sémantique commun.

Ce faisant, ils visent à : 

  • optimiser la recherche pour les utilisateurs dans le Portail des arts de la marionnette ;
  • améliorer le référencement des données et leur visibilité sur Internet ;
  • favoriser l’interopérabilité des données et métadonnées entre le PAM et d’autres bases contenant des données relatives à ce domaine culturel ;
  • favoriser le rayonnement scientifique et artistique des arts de la marionnette en France et à l’international ;
  • permettre au grand public une meilleure appréhension de la diversité et des spécificités des arts de la marionnette et des métiers qui en relèvent.

Constituer un tel thésaurus soulève de nombreuses questions, tant méthodologiques, terminologiques que structurelles. S’il s’agit de croiser différentes expertises (science de l’information et de la documentation, recherche scientifique, domaine artistique – écriture, mise en scène, construction, interprétation -, diffusion, critique, pédagogie), il s’agit aussi de faire cohabiter dans un même système sémantique des concepts relatifs à la marionnette dite “traditionnelle” et aux pratiques marionnettiques contemporaines dont certaines ne sont pas encore nettement qualifiées. Et ceci, sur une grande diversité d’aires linguistiques et culturelles, puisque les arts de la marionnette, comme ceux du cirque, ont pour particularité une longue tradition de circulation internationale, de métissages et d’hybridations.

Un premier travail de collecte de différents thésaurus a été engagé auprès des partenaires du groupe de travail (Mucem, Musée Gadagne, Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnettes, centre de document de l’IIM, BnF, AQM). Plus de 600 termes ont ainsi été collectés, dont le nettoyage et la structuration sémantique sont en cours. Ce travail est par ailleurs alimenté par les travaux de recherche de la chaire ICiMa (collecte d’entretiens de constructeurs, observations d’ateliers, exercices terminologiques menés avec des étudiants de l’ESNAM, exploitation de corpus archivistiques etc.).

Ce travail a permis à Bérénice Primot de constituer une première version synthétique des concepts dits “génériques” du ThAM ainsi qu’un ensemble de documents méthodologiques à destination du groupe de travail (tableau de gestion du ThAM, charte de saisie, texte de présentation du projet, veille sur les référentiels, note sur la réforme Rameau). 

Le pôle Recherche et Innovation va poursuivre ce chantier à partir d’avril 2022, avec pour objectif de soumettre aux partenaires du PAM et au conseil scientifique de l’IIM une première mouture du ThAM pour l’hiver 2022-2023. Cette nouvelle étape du chantier est rendue possible par une subvention exceptionnelle de la Mission Recherche de la DGCA (Ministère de la Culture), qui permet de financer une nouvelle prestation d’ingénierie documentaire par Bérénice Primot. Celle-ci sera encadrée par Evelyne Lecucq, qui assure la direction du pôle Recherche et Innovation en intérim de Raphaèle Fleury pendant son congé parental. Y coopéreront également Stéphane Riou, ingénieur de recherche en linguistique pour la chaire ICiMa, Anaïs Britton, chargée d’étude et documentaliste, et Noémie Géron, secrétaire scientifique de la chaire ICiMa dans le cadre de son travail de collecte des savoir-faire de construction de marionnettes.

Image à la une: Exemple des questions en cours : quels objets fabriqués par les artistes ou conservés dans nos collections peuvent être qualifiés de « marionnettes portées » dans nos systèmes informatiques ? Croquis réalisé par Raphaël.le Dupuy de la 13e promotion de l’ESNAM dans le cadre d’un atelier terminologique porté par la chaire ICiMa sur les processus de construction de marionnettes.

Entretiens – Quand le cirque se raconte sur les réseaux sociaux

Le cycle de séminaire Quand le cirque se raconte : paroles et voix plurielles du cirque. Mémoires, histoires, archives se consacre aux récits, paroles et voix des artistes de cirque. Il est organisé par la chaire ICiMa et l’UMR Litt&Arts – Université Grenoble Alpes, et sa troisième séance a eu lieu à Toulousde en partenariat avec l’Ésacto’ Lido – École supérieure des arts du cirque de Toulouse. Cette séance était consacrée aux réseaux sociaux, médias et archives numériques, pour s’interroger sur la façon dont les artistes se racontent sur différentes plateformes. Cette séance a réuni chercheur·euses et artistes pour une série de tables-rondes et de communications.

Dans ce cadre, des entretiens ont également été menés avec trois artistes et compagnies de cirque : quels rapports entretenir avec les réseaux sociaux ? Quelles productions s’y développent et quel investissement demandent-elles ? Les artistes interrogé·e·s sont actif·ve·s sur Instagram ou développent des démarches de création vidéo, tout en ayant parfois participé à la mise en place de la Nuit du Cirque numérique de 2021. Ces entretiens sont à écouter en cliquant sur les liens suivants :

Continuer la lecture de Entretiens – Quand le cirque se raconte sur les réseaux sociaux

Pli et ses agrès de papier

Le projet Pli, « rencontre entre cirque et papier à la croisée des arts du mouvement et des arts plastiques », a été accueilli au Cnac en juillet 2021 pour une résidence technique. Celle-ci visait à tester la résistance des matériaux utilisés dans le spectacle Pli : des agrès en papier fabriqués sur scène. Cette résidence poursuit le travail entamé par la chaire ICiMa sur le chantier « Pliage et froissage » de l’axe de recherche « Matériaux ». Le projet Pli est soutenu par les SUBS | Lieu vivant d’expérience artistique et lauréat Circusnext 2020-2021.

Le service technique du Cnac a ainsi reçu une partie de l’équipe artistique, composée d’Inbal Ben Haim (artiste de cirque), Alexis Mérat (ingénieur plieur froisseur), Yann Guénard (régisseur général) et Lucie Bonnet (doctorante contractuelle en Arts du Spectacle, ED LLSH, UMR 5316 Litt&Arts, Université Grenoble Alpes). La résidence a permis d’établir un protocole scientifique de construction des agrès en papier par l’équipe artistique, afin de pouvoir fournir une fiche technique aux salles de diffusion accueillant le spectacle et assurer une fiabilité des agrès fabriqués à vue pendant le spectacle. Tests à l’arrachement, mesures statiques et dynamiques, test de traction à la déchirure… Les points de déchirure et l’étonnante résistance du papier ont été évalués et éprouvés. Ces étapes de tests et de recherche sont destinés à être poursuivies, afin que la conception aussi bien que l’utilisation d’agrès en papier puisse se développer et s’ouvrir à d’autres équipes artistiques que celles de Pli. Le papier constitue en effet un matériau inédit pour la conception d’agrès de cirque, tout en proposant sa propre esthétique. Au-delà des tests, la résidence a mis en valeur la place de la technique dans un processus de création et l’élaboration d’une dramaturgie.

Un compte-rendu détaillé de la résidence, de ses avancées, ses résultats et des réflexions qu’elle a soulevées est disponible ici :

[Télécharger le compte-rendu]

Il a été rédigé par Lucie Bonnet, dont le travail de thèse porte sur « Le corps aérien : lire le sensible et écrire l’éphémère ».

 

Image à la une : photographie Lucie Bonnet.

Etude sur les ateliers de constructeurs-trices de marionnettes

Depuis fin 2020, dans le prolongement de ses travaux sur l’éco-conception de marionnettes, la chaire ICiMa mène une étude sur une dizaine de lieux investis et aménagés par des marionnettistes qui ont choisi de les mettre en partage. Tous ces lieux sont conçus par une compagnie, un.e artiste avec ses méthodes de travail spécifiques, et doivent s’adapter à la diversité des projets accueillis.

L’usage de l’atelier, de l’intime au partagé

Qu’y a-t-il de spécifique dans les ateliers de marionnettistes ? De quoi ont-ils besoin en particulier? Un atelier de marionnettiste se rapproche-t-il plus d’un atelier d’artiste ou d’un atelier de construction de décors ? Si chaque constructeur-trice est considéré comme un artiste, avec donc quelque chose d’unique dans sa production artistique, comment peut-il partager son espace, mais surtout ces outils et son matériel ? 

Du point de vue des aménagements d’espaces, des outils, des matières premières utilisées, les ateliers de marionnettistes ont-ils des points communs ? Peut-on identifier des bonnes pratiques à partager ?

Ces lieux, plus ou moins aménagés et équipés, sont associés à une salle de répétition elle aussi plus ou moins équipée. Cela permet les allers-retours nécessaires au perfectionnement des objets du spectacle, de les voir dans la lumière qui les attend. 

Ces espaces de travail sont des indicateurs importants pour étudier la profession et comprendre la création. Par exemple, c’est là qu’on peut constater que la possession de machines particulières peuvent conditionner des types de construction, et inversement. C’est un espace de création essentiel, dans lequel les artistes peuvent parfois passer de longues périodes, c’est un espace de dialogue particulier pour les équipes, qui peuvent ensuite aller “vérifier” le fruit de leurs échanges dans l’espace de répétition. Ces ateliers conçus par des artistes et qui proposent des accueils en résidence peuvent aussi devenir des espaces de transmission informels.

Le temps de fabrication, c’est un réel temps de création et de concentration. Martial Anton, Cie Tro-heol.

Lieux visités entre mars 2021 et février 2022 : Mazette ! (72) ; Tro Heol (29) ; Le CYAM – Cie pipasol (78) ; Le Tas de sable-Cie Ches Panses Vertes (80) ; Le Théâtre à la coque (56) ; Odradek – Cie Pupella-Noguès (31) ; L’ Usinotopie (31) ; Arketal (06) ; Le METT – Cie Emilie Valantin (07).

Carte des ateliers: 

https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/enquete-ateliers-de-marionnettistes-par-la-chaire-_700351#6/47.309/5.208

Méthodologie : Questionnaire écrit, entretien enregistré (voir matrice), prises de vue, réalisation de croquis, collecte terminologique, collecte de plans et documents. L’étude est menée par Noémie Géron, secrétaire scientifique de la chaire ICiMa et elle-même constructrice de marionnettes, avec la collaboration de Stéphane Riou, ingénieur de recherche en linguistique de la chaire ICiMa. Le protocole de collecte a été présenté et discuté lors du séminaire de l’Opmé (Observatoire des pratiques médiatiques émergentes, laboratoire Praxiling UMR 5267 CNRS /  Université Paul Valéry – Montpellier 3).

Productions attendues

  • Synthèse publiée dans l’univers Construire du Portail des Arts de la Marionnette
  • Images, plans et entretiens (audio) versées sous licence Creative commons dans le Portail des Arts de la Marionnette
  • Le fruit de ce travail, ainsi que d’autres travaux menés dans le cadre du chantier “Cycle de vie des matériaux du spectacle vivant” de la chaire ICiMa contribueront à la rédaction d’un livre blanc pour la mise en place d’ateliers de construction de marionnettes mutualisés qui pourront notamment servir de référence pour les futurs lieux labellisés CNMa.

Cette étude a reçu le soutien de la DRAC Grand Est (Développement durable).

Image à la une : Atelier du Théâtre à la Coque (Hennebont) – novembre 2021. Chaire ICiMa / Photo : N. Géron.

Publication de “Contorsion. Histoire de la souplesse extrême en occident, xixe-xxIe siècles”

La Société d’histoire du théâtre publie avec la chaire ICiMa et le Cnac un numéro hors-série de la Revue d’Histoire du Théâtre, consacré à l’histoire de la contorsion : Contorsion. Histoire de la souplesse extrême en Occident, XIXe-XXIe siècles, par Ariane Martinez. Cette publication s’inscrit dans le cadre de l’axe « Geste et mouvement » de la chaire ICiMa et est issu de travail d’HDR d’Ariane Martinez.

Cet ouvrage retrace l’évolution de la contorsion du XIXe au XXIe siècle avec une optique anthropologique. Cet art sensible n’a pas toujours été une pratique féminine et érotisée : il s’inscrit dans une histoire plus large du corps et de sa perception. En présentant des images et documents d’archives aussi bien que des témoignages d’artistes contemporain·e·s – dont le nom et la parole sont encore à faire entendre –, Ariane Martinez retrace les mutations du regard porté sur les corps et la pratique de la souplesse.

Retrouvez la présentation complète de l’ouvrage et son introduction sur le site de la Société d’histoire du théâtre. Le livre est disponible à la vente sur ce même site.

Image à la une : © Société d’histoire du théâtre