Archives de catégorie : Terminologie multilingue

Démarrage de la mission de Nadia Makouar, ingénieure de recherche en linguistique

L’équipe de la chaire ICiMa s’est enrichie depuis le 7 octobre de la présence de Nadia Makouar au poste d’ingénieure de recherche en linguistique..

Docteure en linguistique et spécialiste des techniques de traitement automatique des langues (TAL), Nadia Makouar a été recrutée par le Cnac et l’IIM pour coordonner pendant 3 ans les recherches sur la terminologie multilingue des arts du cirque et des arts de la marionnette (axe 3 de la chaire ICiMa). Encadrée par Raphaèle Fleury (titulaire de la chaire ICiMa et responsable du Pôle Recherche et Documentation de l’IIM) et Jeanne Vasseur (responsable du Centre de Ressources Documentaires du Cnac), elle travaillera en collaboration avec Françoise Canon-Roger (professeure à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) et membre du CIRLEP) et Cyril Thomas (co-titulaire de la chaire ICiMa et responsable Recherche et Développement au Cnac).

Afin d’analyser en premier lieu les textes et propos techniques et pédagogiques des praticiens à l’intention d’autres praticiens, elle s’attache actuellement au repérage et à la mise à jour de la documentation de référence (localisation, identification et indexation des sources en plusieurs langues). Pour compléter les sources écrites existantes, elle sera également amenée à coordonner la transcription de sources orales (interviews de praticiens notamment), voire la collecte de celles-ci (production d’interviews).

Elle sera ensuite chargée de coordonner le traitement et l’analyse de ces sources (numérisation, transcription, rédaction de fiches descriptives bilingues).

Parallèlement au traitement informatique des corpus écrits et transcrits sur une sélection de langues européennes, elle contribuera à l’élaboration d’un questionnaire, à sa diffusion élargie au sein des réseaux professionnels et universitaires internationaux, et elle organisera la collecte des réponses à cette enquête. Cette enquête devrait permettre un premier repérage pour les phases ultérieures de cette recherche multilingue.

Enfin, Nadia Makouar, en lien avec les responsables documentaires du Cnac et de l’IIM, coopèrera aux tâches d’informatique documentaire, en veillant à l’adaptation des bases de données sémantiques de l’IIM pour les besoins du chantier de recherche et en créant, pour le Cnac, une base de données interopérable.

Les résultats attendus de ses travaux sont notamment la production de lexiques et l’élaboration et la mise à jour de deux thésaurus multilingues qui seront diffusés sous licence ouverte : l’un pour les arts du cirque, l’autre pour les arts de la marionnette (ce dernier sera disponible sur le Portail des Arts de la Marionnette).

En savoir plus sur l’axe 3 de la chaire ICiMa « Terminologie multilingue des arts du cirque et des arts de la marionnette ».

Recrutement – Ingénieur de recherche en linguistique

Le Centre national des arts du cirque (Cnac) et l’Institut International de la Marionnette (IIM), dans le cadre de la chaire ICiMa et notamment de l’axe de recherche « Terminologie multilingue », recrutent conjointement un ingénieur de recherche en linguistique.

[télécharger l’offre de recrutement]

Contexte :
Le projet de recherche “Terminologie multilingue des arts du cirque et des arts de la marionnette

Menée au sein de la chaire ICiMa portée par le Cnac et l’IIM, cette recherche fait appel à des compétences en linguistique théorique et appliquée, théories du spectacle, pratique artistique, anthropologie et philosophie. Elle implique une équipe pluridisciplinaire.

Après définition des outils et méthodes en concertation avec les laboratoires spécialisés en TAL et en terminologie, cette recherche implique une enquête internationale visant à collecter le vocabulaire des praticiens, celui des chercheurs et historiens, mais aussi celui de la critique et du public. Celle-ci est complétée par l’exploration de corpus écrits ou audiovisuels (réalisation et exploitation d’entretiens avec des praticiens notamment).
L’analyse de ces données, collectées et organisées sous forme de base(s) de données interopérable(s), donnera lieu à des travaux comparatistes mettant au jour de nouvelles connaissances historiques et ouvrant de nouvelles perspectives sur les réalités contemporaines mais aussi à la création d’outils et de référentiels (création de néologismes, mise à jour, développement et restructuration de thesauri, édition de glossaires, ontologies, rédaction de guides de bonnes pratiques à l’intention des traducteurs et des institutions du patrimoine) destinées à améliorer la description des pratiques des arts de la marionnette et arts du cirque, à permettre l’injection de ces champs sémantiques dans les outils de Traduction Assistée par Ordinateur, à en améliorer le référencement dans le web sémantique et à faciliter l’intercompréhension entre les praticiens, les chercheurs et les publics de ces disciplines sur le plan international.

Environnement de travail

Le Centre national des Arts du Cirque (Cnac), situé à Châlons-en-Champagne (51), est un établissement supérieur de formation, de ressource et de recherche créé en 1985 à l’initiative du Ministère de la Culture et de la communication. Ses missions de formation aux arts du cirque s’articulent autour d’une École supérieure, d’une Cellule d’insertion professionnelle, d’un département Formation tout au long de la vie et d’un Centre de ressources et de recherche.
L’Institut International de la Marionnette (IIM), situé à Charleville-Mézières (08), est un centre de formation (initiale et continue), de recherche et de création créé en 1981. Partie intégrante de l’Institut, l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette (ESNAM) forme des acteurs-marionnettistes en trois ans. Un pôle Recherche et documentation a été créé en 2012 afin de développer les missions documentaires, patrimoniales, scientifiques et éditoriales de la structure.
Le  Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues Et la Pensée (EA 4299 – CIRLEP) de l’Université Reims – Champagne-Ardenne est un partenaire privilégié de ce chantier.

Fonction

Sous la responsabilité de Messieurs Gérard Fasoli, directeur général du Cnac et Eloi Recoing, directeur de l’IIM, et de Mesdames Raphaèle Fleury, responsable du pôle Recherche et documentation de l’IIM et titulaire de la chaire ICiMa, et Jeanne Vasseur, responsable du Centre de Ressources documentaires du Cnac, en collaboration avec Françoise Canon-Roger, professeure à l’URCA et membre du CIRLEP (Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues et la Pensée), et Cyril Thomas (responsable Recherche et développement au Cnac et co-titulaire de la chaire ICiMa), l’ingénieur(e) de recherche assurera les missions suivantes :

  • seconder la coordination du projet (financements, partenariats…)
  • élaborer et mettre à jour la documentation de référence (localisation, identification et indexation des sources en plusieurs langues),
  • coordonner le traitement des sources (numérisation de documents, transcription de documents manuscrits ou audiovisuels, rédaction de fiches descriptives billingues),
  • contribuer à l’élaboration d’un questionnaire, à la diffusion de celui-ci et à la collecte des réponses
  • Informatique documentaire, en lien avec les responsables documentaires des deux structures :
    • pour l’IIM : en lien avec la responsable des ressources documentaires de l’IIM, veiller à l’adaptation des bases de données sémantiques de l’IIM pour les besoins de ce chantier.
    • pour le Cnac : création d’une base de données interopérable (participer à l’élaboration des outils de traitement et les alimentera – bases de données, thésaurus informatisés, etc.)
      construction de deux thésaurus (arts du cirque ; arts de la marionnette).
    • ontologies

L’ingénieur(e) de recherche pourra ponctuellement s’appuyer sur les secrétaires scientifiques de la chaire ICiMa (pour des tâches de saisie, pour le soutien logistique lors de l’organisation d’événements).

Compétences requises :

    • solides connaissances en linguistique de corpus, philologie numérique
    • aptitude au travail en équipe, rigueur, qualités organisationnelles, autonomie, capacités d’initiative.
    • capacité à s’insérer dans un environnement de travail international et multidisciplinaire
    • maîtrise des outils techniques de la linguistique (logiciel d’extraction de termes) – des outils de TAL : étiqueteurs morphosyntaxiques et lemmatiseurs ; – des technologies de feuilles de style XSLT 1.0 et 2.0 ; CSS ; – des scripts de transformation et d’intégration des textes (expressions régulières, langages Perl, TCL) – des moteurs de requêtes de base de données textuelles (CQP, Stella, XPATH) – des DTD et Schémas standards (TEI P4 et P5, usage de Roma )
    • maîtrise de l’anglais, troisième langue appréciée
    • orthographe impeccable
    • connaissance des systèmes d’exploitation informatiques standards, des solutions logicielles, des langages de programmation de base et des logiciels afférents
    • maîtrise des techniques d’indexation et les méthodes d’analyse des données iconographiques
    • savoir restituer les résultats de ses travaux de manière adaptée aux différents publics concernés : chercheurs, enseignants, professionnels et étudiants en sciences humaines et en arts du spectacle, organismes de financement.

Diplôme requis : Formation universitaire et scientifique en linguistique (Doctorat)

Autres compétences : Une connaissance préalable des arts et du secteur du spectacle vivant sera appréciée.

Durée : 3 ans, poste à temps plein.
Localisation : Le poste sera basé à Châlons-en-Champagne et/ou à Charleville-Mézières et/ou à Reims, télétravail occasionnel possible, à définir en entretien.
Rémunération :  26 000 € bruts annuels. Statut cadre.
Autres : tickets restaurant (IIM), mutuelle, Carte fréquence SNCF France.

Date de démarrage du poste : 20 septembre.
Date limite de candidature : 4 septembre.
Date de l’entretien d’embauche : 9 septembre, à Reims.

Les candidatures doivent être envoyées le 4 septembre au plus tard par email (attention : double-destinataire impératif) :

Gérard Fasoli, Directeur général du Cnac : secretariat.direction[at]cnac.fr
Eloi Recoing, Directeur de l’IIM : institut[at]marionnette.com

[Télécharger la brochure de la chaire ICiMa]

Voir également :

Image à la Une : Croquis annoté pour la construction d’une poupée ningyô joruri © Collection IIM

Lancement de la chaire ICiMa

Deux journées de lancement de la chaire ICiMa ont eu lieu en mai dernier à Charleville-Mézières et Châlons-en-Champagne, réunissant de nombreux partenaires convaincus par ce projet commun.

12 mai 2016_01 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]A Charleville-Mézières, dans l’auditorium de la Médiathèque Voyelles où s’est tenue le 12 mai la cérémonie ouverte par Boris Ravignon, président de la Communauté d’Agglomération Ardenne Métropole, Raymond Weber, président de l’Institut International de la Marionnette (IIM), a rappelé l’engagement de nos deux structures dans le développement d’une synergie entre les différents acteurs du territoire, artistes professionnels, institutions du patrimoine, laboratoires universitaires mais aussi acteurs économiques et industriels et structures associatives.

À Châlons-en-Champagne, ce sont les locaux du Centre national des Arts du Cirque (Cnac), et notamment le cirque historique, qui ont accueilli la manifestation. La présidente du Cnac, Martine Tridde-Mazloum, a tenu à remercier l’ensemble des partenaires financiers, mais aussi les partenaires universitaires, les acteurs culturels, les entreprises et les acteurs de la société civile qui sont impliqués et se sont engagés pour la chaire ICiMa.
C46A0651
Les directeurs respectifs des deux institutions, Gérard Fasoli pour le cirque, et Eloi Recoing pour la marionnette, se sont exprimés sur les liens forts qui unissent recherche et création dans leurs écoles d’art et dans leurs visions pédagogiques. Ils ont rappelé que la recherche est au cœur même de chacune des deux institutions. Dans ce cadre, la chaire ICiMa leur semble être à même de faire évoluer les pédagogies des deux établissements.

Les titulaires de la chaire, Raphaèle Fleury (responsable du pôle Recherche et documentation de l’IIM) et Cyril Thomas (responsable de la recherche et du développement au sein du Cnac) ont ensuite retracé l’histoire du rapprochement de leurs structures : écoles nationales supérieures d’art, premières en France dans le domaine du spectacle vivant à s’être dotées de pôles Recherche (depuis 2012 à l’IIM et 2013 au Cnac), elles sont aussi toutes deux pôles documentaires associés à la Bibliothèque nationale de France. C’est en identifiant des enjeux communs mais aussi en faisant jouer leurs différences et complémentarités qu’elles en sont venues à définir une politique commune de recherche.

Insistant sur les enjeux artistiques, scientifiques et politiques de la création de la chaire ICiMa et sur les retombées pédagogiques, sociales et économiques attendues (prévention des risques, santé, éco-conception, recyclage, prototypage, nouvelles écritures, valorisation du patrimoine, rayonnement international etc.), ils ont réaffirmé leur volonté de contribuer à tisser des liens entre la société, le monde de la recherche et les acteurs de la création, artistes et publics.

12 mai 2016_20 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]

Cette contextualisation de la création du dispositif a été suivie d’une présentation des différents chantiers de la chaire ICiMa qui se structure en trois grands axes :

Axe 1 : MATÉRIAU

Axe 2 : GESTE ET MOUVEMENT

Axe 3 : TERMINOLOGIE MULTILINGUE 

Les prises de parole de nombreux partenaires au cours de ces deux cérémonies ont permis d’illustrer la richesse et le dynamisme des échanges qui se sont déjà ouverts avec la création de ce dispositif.

A Charleville-Mézières, Serge Rohmer, enseignant-chercheur à l’Université de Technologie de Troyes et David Girondin-Moab, artiste marionnettiste, directeur artistique de la Cie Pseudonymo (Reims) ont notamment témoigné de leur engagement enthousiaste et des perspectives qu’ouvrent pour eux les recherches menées conjointement sur le pliage et le froissage structuré ainsi que sur le cycle de vie des matériaux du spectacle vivant.  12 mai 2016_23 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]

Françoise Canon-Roger, professeure en linguistique au sein du laboratoire CIRLEP de l’Université de Reims Champagne Ardenne a exposé brièvement les enjeux et méthodes de recherche terminologique, après de courtes improvisations des étudiants de l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette (ESNAM) donnant à entendre quelques éléments du vocabulaire de la marionnette à gaine et de la nécessité de ce chantier de recherche historique et multilingue.

D’autres étudiants sont également venus témoigner à partir de films, de schémas et de démonstrations, des difficultés techniques qu’ils ont pu rencontrer lors de la construction de marionnettes à fils.12 mai 2016_28 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]                     12 mai 2016_32 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]

Ces témoignages ont permis d’ouvrir le dialogue avec Hervé Bonnefoy, de l’IFTS (URCA) et Nicolas Gardan de la plateforme de Recherche et Développement DINCCS de  Micado (Charleville-Mézières), motivés à l’idée de se pencher sur la recherche de solutions techniques à des problèmes dramaturgiques et de mettre en partage leurs savoir-faire avec ceux d’artistes.

A Châlons-en-Champagne, plusieurs élus et acteurs locaux et régionaux ont pu témoigner de leur enthousiasme pour la construction de cette chaire qu’ils soutiennent activement : Monsieur Benoîst Apparu, Député-Maire de Châlons-en-Champagne, Monsieur Olivier Duperon, vice-président de l’Université Reims Champagne-Ardenne (URCA), Monsieur Bruno Bourg-Broc (président de la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne), Monsieur René-Paul Savary (Président du Conseil départemental de la Marne) et Monsieur Charles Desservy (Directeur du pôle Création, DRAC Alsace – Champagne-Ardenne – Lorraine) ont souligné la dimension novatrice, l’inventivité et la pertinence du dispositif qui favorise les interactions entre recherche académique et monde de l’art, en rappelant l’importance qu’il y a à rendre cette recherche visible et utilisable par le plus grand nombre.

L’après-midi, qui s’est déroulée sur la piste du cirque historique, a permis de présenter au public l’état de différents chantiers de la chaire, sous forme de conférences ponctuées d’interventions des étudiants de la 28e promotion du Cnac.

P1020896bisBernard Andrieu, professeur à l’université Paris Descartes, a illustré ses recherches sur le concept d’émersiologie et les gestes parasites grâce aux démonstrations d’étudiants circassiens filmés avec des caméras GoPro positionnées sur leur propre corps.

P1020953bis

P1020932bis

Haruka Okui, post-doctorant de l’université P1020968bisde Kyoto, a présenté une hypothèse pour l’analyse du corps dans l’acte et l’apprentissage des arts du cirque, qui fait suite à sa recherche menée sur l’art de la marionnette japonais de l’île d’Awaji.

P1030046bisWilliam Bertucci et Frédéric Puel, maîtres de conférence en STAPS à l’URCA, ont invité les étudiants et enseignants circassiens à les suivre dans leur programme de recherche sur la biomécanique et la préparation physique pour les acrobates et les marionnettistes.

P1030022bisKatrin Wolf a ensuite initié les spectateurs à la notation Benesh pour les arts du cirque. Grâce à la complicité des étudiants du Cnac, la choréologue a expliqué les grands principes de la notation et son application dans le cas d’une reprise de rôle : en lisant la partition spécifiant une suite de mouvements techniques, un étudiant de la 28e promotion a pu rejouer un numéro de sangles réalisé en 2015 par un étudiant de la promotion précédente.P1020997bisP1030026bisLa journée s’est terminée par la visite commentée par Pascal Jacob des « Premières accroches », un aperçu de la très belle collection Jacob/William en dépôt au Cnac.

Ces cérémonies de lancement ont finalement reflété l’énergie et l’enthousiasme que suscitent les différents chantiers de recherche de la chaire ICiMa chez les partenaires du territoire. Chercheurs, artistes, politiques, tous ont souligné l’efficience du dispositif au regard des premiers travaux effectués depuis début janvier, et exprimé leur impatience quant à la mise en œuvre des résultats attendus de ces recherches, aussi bien sur le plan de la santé, que sur le plan économique, l’acquisition de nouvelles connaissances, le partage des savoirs et savoir-faire, que pour l’exploration de nouveaux possibles artistiques. Les nombreuses collaborations qui s’amorcent grâce à ce dispositif constituent un premier pas dans la construction d’un réseau dynamique au sein de la région Grand Est, entre acteurs des domaines artistiques, culturels, économiques et industriels.

Mathilde Christmann et Julie Postel

Crédits photos : Christophe Loiseau pour l’IIM (à Charleville-Mézières) et Patricia Hardy et Mathilde Christmann pour le Cnac (à Châlons)

Terminologie

AXE 3 – TERMINOLOGIE MULTILINGUE
DES ARTS DE LA MARIONNETTE ET DES ARTS DU CIRQUE

Équipe coordinatrice : Raphaèle Fleury (IIM) ; Jeanne Vasseur (Cnac) ; Nadia Makouar, docteure en linguistique (ingénieure de recherche chaire ICiMa).

[Journal de bord de la recherche]

Contexte et enjeux :

La nécessité de ce chantier s’ancre dans plusieurs constats :

  • Celui de l’absence des lexiques relatifs aux arts de la marionnette et aux arts du cirque dans les dictionnaires et outils de traduction assistée par ordinateur. Cette absence rend aujourd’hui difficile voire impossible le travail des traducteurs et interprètes, voire celui des artistes et des chercheurs lors des tournées, colloques et autres rencontres ou projets internationaux. Or nos pratiques s’exportent bien et beaucoup, de même qu’elles ne cessent d’accueillir formes, idées et acteurs venus de l’étranger.
  • Celui de l’insuffisance des outils permettant aux métiers du patrimoine, de la documentation et de la médiation de décrire les objets et pratiques relatifs à nos disciplines. Faute de thesauri adaptés, musées et bibliothèques se trouvent contraints à l’imprécision, au lacunaire, voire au détournement de sens. En ne reflétant pas la diversité des pratiques, ceci contribue notamment à renforcer la pauvreté des imaginaires collectifs relatifs à nos arts véhiculés notamment par le biais d’Internet.
  • Celui de la formulation récente ou en cours des référentiels de compétences des métiers relatifs à nos disciplines et de la mise en place des certifications et diplômes afférents (DNSP d’acteur-marionnettiste, projet de DMA de constructeur ; DNSP cirque, DE-Cirque, certificat en dramaturgie circassienne en partenariat entre l’ESAC de Bruxelles et le Cnac) ;
  • Celui de la nécessité de nommer – de la part des artistes, des pédagogues, comme de la critique, des chercheurs, du public, ou des institutions – les nouvelles formes de marionnettes ou d’agrès, de nouveaux gestes, de nouvelles esthétiques et dramaturgies, dont la création accompagne l’effervescence de la création contemporaine.

Continuer la lecture de Terminologie