Illusion et qualité de présence

Axe 2 – Chantier 3

[Découvrir les actualités du chantier]

[Accéder au repérage des ressources en lien avec ce chantier]

Contexte et enjeux :

Arts de la magie et arts de la marionnette, croisant les héritages du rituel et des arts populaires, partagent une même histoire, de la statuaire animée de l’Antiquité aux entrepreneurs de “marionnettes et physique amusante” des spectacles de curiosités du XIXe siècle, en passant par les automates de Vaucanson ou les machines de Robertson. Le savoir-faire ainsi accumulé a souvent donné lieu à une production livresque, et aujourd’hui audiovisuelle, qu’il serait intéressant de mettre à jour mais aussi d’explorer sous des angles esthétiques, dramaturgiques, anthropologique, et sur le plan de l’histoire des idées.

De plus, dans certaines de leurs manifestations contemporaines, les deux disciplines – arts de la marionnette et magie – se caractérisent par une recherche centrée sur le renouvellement des écritures scéniques. La marionnette contemporaine, art de l’illusion consentie, fonde son écriture sur le jeu du passage de l’inanimé à l’animé pour créer des effets de présence ; la magie nouvelle, expérimentée au Cnac depuis plus de dix ans, s’affranchit quant à elle des canons de l’illusionnisme, jouant avec le fonctionnement des perceptions humaines, pour produire une émotion esthétique liée au détournement du réel. Si les deux disciplines proposent un pacte très différent à leurs spectateurs, les manifestations récentes de ces deux arts qui explorent la représentation de l’impossible les constituent comme un terrain particulièrement propice à questionner, voire à bouleverser, notre rapport au réel. La rencontre des deux disciplines travaillant à la représentation de l’impossible dessine à la fois un espace de réflexion théorique (enjeux anthropologiques, cognitifs voire politiques et économiques) et un champ d’expérimentation technique (sur le plan des équipements et machineries comme sur celui de la technicité des gestes), esthétique et dramaturgique. Comment le fonctionnement de l’illusion est-il pris en compte dans les écritures contemporaines et quel propos le travail sur l’“inquiétante étrangeté” cherche-t-il à servir aujourd’hui ?

La recherche :

Un premier moment de la recherche, coïncidant avec la préparation des rencontres professionnelles organisées par THEMAA en novembre 2016, consiste en plusieurs temps de laboratoires aménageant les conditions de la rencontre entre artistes et techniciens de la magie nouvelle et de la marionnette, sous l’oeil de chercheurs de différentes disciplines (historiens, anthropologues, spécialistes des arts du spectacle, des sciences cognitives). L’objet visible ou invisible occupant une place centrale dans les effets d’illusion, qu’il soit investi en tant qu’actant ou qu’il constitue un aménagement fonctionnel au sein d’une scénographie, on souhaite à travers ces laboratoires analyser le fonctionnement des éléments matériels constitutifs de la création d’une illusion. Néanmoins, la fabrique de l’illusion ne repose pas uniquement sur la mise en place et le maniement de dispositifs machinés (trucages). Elle joue aussi et avant tout avec la connaissance et la maîtrise de processus cognitifs que les artistes de la magie nouvelle s’emploient à analyser, nommer, transmettre et parfois à révéler à leurs publics : dissuasion de l’appareil perceptif, dissonance cognitive etc. qu’un travail sur les temporalités, l’espace, des effets de continuité ou de rupture, des jeux d’échelles permettent de susciter.

On s’interroge donc aussi sur le sens que prend, dans le contexte socio-politique actuel, dans notre moment anthropologique, le développement des poétiques de l’illusion, qui, dans le secteur du cirque comme dans celui de la marionnette, connaissent aujourd’hui un nouvel essor.

On s’attachera dans un second temps à mener une recherche-action permettant aux artistes de creuser les perspectives ouvertes par les rencontres entre marionnettistes et magiciens, par :

  • le travail du geste, du mouvement et du regard (dextérité, misdirection, etc.)
  • le développement de nouveaux objets scéniques et machineries, la recherche de matériaux invisibles dans différentes conditions d’éclairage (intérieur et extérieur), d’architectures et dispositifs escamotables (espaces frontaux ou circulaires) pour les arts de la marionnette et pour la magie nouvelle
  • une recherche dramaturgique articulant l’espace métaphorique du plateau au réel de l’espace de représentation, jouant sur les temporalités, l’aménagement de l’aléatoire ou sur les changements de registres du pacte avec le spectateur.

Partenaires et collaborateurs :  

  • Partenaires institutionnels :
    • ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre), Lyon
    • THEMAA, association nationale des Théâtres de Marionnettes et Arts Associés
  • Partenaires artistiques :
    • Cie 14:20, magie nouvelle
    • Cie L’Absente, magie nouvelle
    • Cie Les Anges au plafond, arts de la marionnette
    • Cie La Magouille, arts de la marionnette
    • Cie Monstre(s), magie nouvelle
    • Cie Le Phalène, magie nouvelle

Productions attendues :

  • Collecte de savoir-faire protégés par le secret de fabrique
  • Production Cnac-IIM de capsules audiovisuelles destinées à l’enseignement professionnel des techniques de production de la représentation de l’impossible (animation de l’inanimé, illusions d’optique, architectures de fils, projection d’images etc.)
  • Publications d’actes des Rencontres nationales
  • Apports mutuels des deux spécialités (développement de la technicité, développement des écritures dramaturgiques)
  • Développement du premier fonds documentaire européen sur la magie (Cnac)
  • Développement de résidences de recherche en magie
  • Préfiguration d’un DU magie à l’URCA
  • Recherche-action avec les publics sur le fonctionnement de l’illusion (démarche d’émancipation du spectateur)

Calendrier  :

  • Janvier 2016, Charleville-Mézières et Châlons-en-Champagne : Laboratoire d’échange de pratiques (5 ateliers : la main, la projection d’images, le corps fragmenté-corps morcelé, le fil, la lumière). Deux restitutions auprès des étudiants de l’ESNAM et du Cnac.
  • Septembre-Octobre 2016 : Laboratoire de recherche artistique sur la dramaturgie de l’illusion (4 binômes marionnettiste-magicien).
  • Octobre 2016, Charleville-Mézières : Atelier Magie nouvelle à l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette.
  • 3-5 novembre 2016, Paris (Musée du Quai Branly, Académie Fratellini) : Rencontres nationales THEMAA sur les “Poétiques de l’illusion”. Participation des étudiants de l’ESNAM et des stagiaires de formation continue Magie du Cnac.
  • 2017 : Publication des actes des Rencontres nationales.
  • 2017-2018 : Recherche-action en vue d’apporter des solutions techniques à certains des problèmes soulevés lors des laboratoires et rencontres 2016.
  • Tout au long du processus : recherche-action et CSTI avec les spectateurs sur le fonctionnement de l’illusion.

[Découvrir les actualités du chantier]

[Accéder au repérage des ressources en lien avec ce chantier]

Image à la Une : Stage Philippe Genty à l’IIM © IIM

Un dispositif de recherche porté par le Centre National des Arts du Cirque (Châlons-en-Champagne) et l'Institut International de la Marionnette (Charleville-Mézières)