Notations et partitions

Axe 2 – Chantier 4

Equipe coordinatrice : Katrin Wolf, titulaire de la bourse recherche du CND et chercheuse en notation Benesh (choréologue) au Centre national des arts du cirque ; Delphine Demont, chorégraphe, notatrice, diplômée du CNSAD, conceptrice de l’Acajouet, ; Julie Sermon, MCF en Arts du spectacle, Université Lyon 2, membre titulaire de l’EA Passages XX-XXI (Université Lyon 2), et membre associée à l’IRET (Institut de Recherche en Études Théâtrales) de Paris 3-Sorbonne Nouvelle ; Alexandra Vuillet, marionnettiste.

[Découvrir les actualités du chantier]

[Accéder au repérage des ressources en lien avec ce chantier]

Contexte et enjeux :

La notation, qui se présente comme un outil nécessaire pour le créateur, l’interprète ou l’historien, se trouve prise dans une tension entre perception interne et perception externe d’un exercice ou d’un spectacle (de l’intention, du temps, du geste et du mouvement d’ensemble), mais aussi entre exigence de précision et nécessité d’une simplicité suffisante pour en rendre rapide la lecture comme l’écriture. Pour accompagner le développement des notations et partitions dans les arts du cirque et dans les arts de la marionnette, il faut donc parallèlement concevoir une démarche et des outils pédagogiques qui en permettent l’apprentissage et l’appropriation par un public le plus large possible.

Pratique de la notation et élaboration de partitions sont liées au besoin de documenter, conserver et transmettre une trace des gestes et mouvements effectués au cours d’un spectacle. À court terme, la pratique de certaines notations permet en effet de garder trace du travail d’une répétition à l’autre en période de création. Elle facilite la reprise des spectacles au sein d’une économie où les tournées s’étalent sur plusieurs années, avec parfois de longues interruptions supposant des reprises de rôles. À moyen terme, la notation permet également aux praticiens de constituer un « répertoire » susceptible de re-création, notion qui connaît un nouvel essor dans les arts du cirque comme dans les arts de la marionnette et qui est devenue pratique courante dans le domaine de la danse. Sur le long terme enfin, elle constitue pour l’historien un outil d’analyse qui contribue à la constitution d’une mémoire des spectacles, d’un patrimoine. Pour le pédagogue, la notation et les partitions qui en découleraient ouvriraient de nouveaux possibles pour la formulation et la transmission de gammes d’exercices du mouvement. Pour l’artiste, les questionnements que la notation permet de mettre en exergue pourraient être à l’origine de nouvelles pistes et méthodes de création. De plus, la généralisation de la pratique et l’existence de partitions ouvriraient de nouveaux questionnements sur la notion d’interprétation et d’improvisation sur un thème, même après la disparition des créateurs ; et pour le public, le plaisir d’explorer la diversité des interprétations possibles à partir d’une même donnée écrite, comme pour la musique.

On peut s’étonner de ce désir de recours à une pratique qui peut s’avérer particulièrement fastidieuse et complexe et nécessiter un apprentissage long et difficile pour le praticien (Laban, Benesh notamment), à une époque où la captation vidéo des spectacles comme des répétitions est devenue presque systématique. C’est que l’oeil des caméras ne capte qu’une trace lacunaire et ne fournit qu’un point de vue extérieur à l’action, qui ne répond pas toujours aux besoins des praticiens. Si la captation vidéo peut restituer les mouvements d’ensemble, les effets produits – bien mieux que ne saurait le faire aucune notation – , on n’y perçoit pas les intentions, l’en-deça du visible, et elle ne permet pas toujours de distinguer les appuis, la distance réelle ou les points de contact entre les interprètes. Certains gestes ne peuvent se déduire de ce que fait la marionnette ou la voltigeuse, surtout dans les cas où l’on s’emploie volontairement à ne pas rendre ces gestes visibles au public ou à la caméra. Leur compréhension est néanmoins indispensable pour l’analyse d’une situation et la reproduction du geste.

Des annotations verbales et symboliques des guignolistes en marge des manuscrits de jeu aux logiciels de siteswap utilisés en jonglerie, en passant par les schémas de Georges Lafaye, les partitions élaborées par Pierre Blaise à partir de la grammaire de Gervais, la notation des séquences acrobatiques sur BMX par Vincent Warin ou encore par la pratique du storyboard commune aux marionnettistes et aux magiciens, artistes du cirque et de la marionnette ont exploré de nombreuses solutions personnelles. Or, si elles répondent au besoin immédiat de mémorisation d’un individu, celles-ci ne peuvent pas toujours être interprétées par un tiers. Par ailleurs, du propre aveu de la plupart des praticiens, ces notations s’avèrent lacunaires en bien des aspects pourtant nécessaires à la reproduction du geste et du mouvement d’ensemble. C’est pourquoi circassiens et marionnettistes se tournent vers des systèmes de notation déjà éprouvés par la danse, ainsi Benesh ou Laban, qu’il s’agit désormais d’enrichir.

On mesure dès aujourd’hui l’incidence que semblables écritures et pédagogies pourraient avoir pour la pratique artistique des personnes souffrant de handicap auditif ou visuel ou encore pour la programmation d’actions des androïdes.

La recherche :

En premier lieu, on analyse les composantes du spectacle qui nécessitent d’être transcrites en complément des traces audiovisuelles. On s’efforce également d’évaluer le degré de précision nécessaire, la notation pouvant faire l’économie de certains éléments déductibles, dans un souci d’efficacité et de rapidité de l’écriture comme de la lecture. On procède également à une approche analytique de pratiques personnelles d’artistes : transcriptions verbales, graphiques (storyboards), onomatopéiques, utilisation de logiciels informatiques, etc.

Puis on analyse, pour chacune des disciplines, les différences entre les systèmes de notation Laban et Benesh afin de préciser, selon la fonction et le destinataire des partitions, ce qu’il est pertinent de noter, comment et pourquoi.

On procède ensuite à une phase d’expérimentations, au cours desquelles sont élaborées les partitions de numéros de cirque et de séquences de spectacles de marionnettes. On compare ces notations afin d’identifier les difficultés propres à différentes disciplines circassiennes et techniques marionnettiques.

À la suite de cela, on dérive un vocabulaire (création de signes) et une grammaire permettant de décrire situations, gestes et mouvements spécifiques aux arts du cirque ou aux arts de la marionnette. On s’attache particulièrement à préciser les notions de contact et d’appuis entre interprètes et entre interprète(s) et objet(s), leur positionnement dans l’espace, la gestion d’espaces doubles. L’un des enjeux de ce chantier est, par exemple, pour le cirque, de parvenir à distinguer les figures effectuées dans un dispositif circulaire ou frontal, et pour la marionnette, de tenir compte de la construction de la marionnette, de l’orientation des regards ou des accents.

Parallèlement au développement de ces écritures, on travaillera à la formulation de recommandations pour la création de traces audiovisuelles qui soient complémentaires à la notation en tenant compte des spécificités des différentes disciplines. On souhaite également accompagner le développement d’une interface informatique permettant de créer des liens entre une captation vidéo et une partition.

Partenaires et collaborateurs :  

  • Partenaires scientifiques
    • CReSTIC, Centre de Recherche en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (EA 3804), Université de Reims Champagne-Ardenne, Reims
    • FabLab de l’ENSP (Ecole Nationale Supérieur de Photographie), Arles
    • Passages XX-XXI (EA 4160), Université Lumière Lyon 2
    • Projet Rekall – MemoRekall
  • Partenaires artistiques
    • Centre National de la Danse, Pantin
    • Compagnie Acajou, Paris
    • Théâtre aux Mains Nues, Paris

Productions attendues :

    • Enrichissement de la notation Benesh pour : 1- la notation des objets et agrès, 2- les appuis du corps sur des objets, 3- la relation entre les corps des interprètes, 4- les directions et rotations du corps dans l’espace
    • Création de partitions en notation Benesh et en notation Laban
    • Publications sur la notation Benesh en arts du cirque (sangles et cerceau aérien) : carnets qui serviront de référence pour la compréhension des techniques de cirque et leurs transcriptions. Ils pourront être utilisés pour l’apprentissage de ces disciplines dans le cadre d’écoles de cirque ou de danse
    • Initiation à la notation Benesh pour les étudiants du Cnac

Calendrier  :

    • Mars 2016, Toulouse / Arras : parution de l’article de Delphine Demont. “La notation Laban: un outil pour écrire et transmettre le mouvement de la marionnette”, in Marionnette, corps-frontière, études réunies par Hélène Beauchamp, Joëlle Noguès et Élise Van Haesebroeck, Artois Presses Université, coll. « Corps et voix ».
    • Année 2016 : état de l’art pour la notation des arts de la marionnette ; dépôt de candidature de Delphine Demont pour la bourse CND.
    • 2e semestre 2016 : Expérimentation / diffusion de la recherche sur la notation Benesh en arts du cirque :

      • Fin juin 2016 au Centre National de la Danse : communication de Katrin Wolf : “Introduire la Notation Benesh dans les écoles supérieures des arts du cirque (Académie Fratellini, Cnac) – un chemin à tracer”
      • Juillet 2016 : notation Benesh de certains numéros des Echappées au Cnac
      • Samedi 16 juillet 2016, à Saint-Nazaire : table ronde “L’aérien : à la croisée du cirque et de la danse – Nouvelles esthétiques, nouvelles dimensions”, dans le cadre des rencontres de danse aérienne
      • Novembre 2016 : initiation à la notation Benesh en arts du cirque pour les étudiants de la 29e et 30e promotion du Cnac par Katrin Wolf
      • Décembre 2016 : parution du premier carnet sur la notation Benesh en arts du cirque, sangles et cerceau aérien
    • Jeudi 23 février 2017 au CND : présentation du travail de Katrin Wolf.
    • 2017-2018 : séminaire “D(E)crire le spectacle vivant : notations – partitions – storyboards” avec Delphine Demont, Julie Sermon, Katrin Wolf, marionnettistes, circassiens…

[Découvrir les actualités du chantier]

[Accéder au repérage des ressources en lien avec ce chantier]

Image à la Une : Notation des présences en scène par Eric Goulouzelle pour Le Jeu du Roi © PAM / Le Tas de Sable – Ches Panses Vertes, Eric Goulouzelle

Un dispositif de recherche porté par le Centre National des Arts du Cirque (Châlons-en-Champagne) et l'Institut International de la Marionnette (Charleville-Mézières)