La professionnalisation des artistes – Cycle de séminaires 2016

Cycle de séminaires sur les processus de professionnalisation dans les formations supérieures artistiques

 

L’Institut International de la Marionnette (IIM) et le Centre national des arts du cirque (Cnac) sont membres depuis cette année de la Structure Fédérative de Recherche Gaston Bachelard (Sciences Humaines et Sociales).

Dans ce cadre, nos deux institutions co-organisent un cycle de séminaires consacrés aux processus de professionnalisation dans les formations supérieures artistiques, en partenariat avec le Centre d’Études et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (Cérep / URCA),  le Centre de Recherche sur la Décentralisation Territoriale (CRDT/URCA) et l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Reims (ESAD).

 Ce cycle de séminaires thématiques s’inscrit dans le développement d’un champ de recherche émergent sur la professionnalisation des métiers artistiques. Les rencontres et les échanges entre les unités de recherche SHS et les trois écoles supérieures d’art membres de la SFR permettront de structurer ce champ au niveau du territoire : faire un état des lieux des travaux menés dans ce domaine et mettre en synergie les diverses actions de recherche des unités et établissements supérieurs.

La pertinence de ce cycle de séminaires repose également sur les particularités historiques et territoriales des écoles d’art en Champagne Ardenne et sur les enjeux territoriaux, professionnels et socio-économiques qu’il recouvre. En effet, depuis quelques décennies, on assiste à une croissance de l’emploi dit « artistique », en lien avec une expansion significative de la sphère culturelle (Menger, 2008). Dans le cadre large de la professionnalisation touchant l’ensemble des univers de travail (Perkin, 1988), les politiques publiques, les groupes professionnels, la formation professionnelle, les modes d’activités connaissent des transformations et des stratégies d’adaptation se développent. Ce sont ces processus qui seront l’objet de réflexions et d’analyse de nos séminaires.

 Les processus de professionnalisation sont ici entendus comme une catégorie d’analyse large des différentes dimensions du travail, tant au niveau individuel que collectif. Il s’agit de saisir les processus de professionnalisation à partir de trois plans d’analyse complémentaires (Roquet, 2012) :

  • Macro niveau : d’un point de vue historique et institutionnel, il s’agit de saisir les contextes historiques, politiques, économiques et sociaux (Rosemberg, 2002 ; M. Maleval-Lachaud, 2004 ; Salamero, 2009) qui influent structurellement et culturellement sur les processus de professionnalisation.
  • Méso niveau : l’approche en termes de groupes professionnels (C. Gadéa et D. Demazière, 2009) permet de saisir les dynamiques collectives de ces processus en mettant en lumière la pluralité des modes de professionnalisation dans des groupes professionnels plus ou moins établis, à travers les parcours et les identités des acteurs.
  • Micro  niveau : au plan individuel, la formation aux métiers artistiques doit permettre d’étudier le processus de transmission/appropriation de savoirs professionnels (Wittorski, 2007 et 2008).

Dans notre champ d’analyse, les dimensions esthétiques traversent ces trois plans d’analyse. Il s’agit donc bien de saisir et de comprendre des processus incertains, inachevés et réversibles (Demazière, 2009) dans lesquels les écoles de formations supérieures artistiques  (arts plastique, design, cirque, marionnette) sont des acteurs clés.

Ces perspectives de recherche SHS éclairent les problématiques des écoles. Ainsi quatre thèmes choisis en concertation avec les partenaires ont été retenus cette année :

1. Comment favoriser l’hétérogénéité sociale et culturelle dans les écoles supérieures de formations artistiques  ?
27 avril 2016, à l’ESAD (Reims) – présentation du séminaire 1

Lire le compte-rendu du séminaire 1

2.  Les pédagogies du sensible, une particularité des écoles ? Dispositifs et expériences.
8 juin 2016, au CNAC (Châlons) présentation du séminaire 2

Lire le compte-rendu du séminaire 2

3.  L’accompagnement des étudiants en formation : dispositifs et pratiques d’enseignants et de formateurs.
11 octobre 2016, à l’IIM (Charleville-Mézières) – présentation du séminaire 3

Lire le compte-rendu du séminaire 3

4.  L’insertion professionnelle des étudiants des écoles supérieures de formations artistiques  : dispositifs et expériences.
1er décembre 2016, à l’URCA (Reims) – présentation du séminaire 4

Lire le compte-rendu du séminaire 4

 

URCACérep  CRDTESADCnaclogo1-IIM-300dpi 2

 

Image à la Une : Etude de mains © Julie Martin

Doctorat « Motricités circassiennes » au Cnac

Dans le cadre de l’axe Geste et Mouvement de la chaire ICiMa, nous accueillons dans les locaux du Centre national des arts du cirque un doctorant qui débutera ses recherches en septembre 2016 pour une durée de trois ans.

Monsieur Hassen Hakim a décroché l’allocation de doctorat (CircaPerf) subventionné par Châlons-en-Champagne Agglo et l’Université Reims Champagne-Ardenne (URCA). William Bertucci (URCA-STAPS, labo GRESPI, Groupe de Recherche En Sciences Pour l’Ingénieur) et Nicolas Forestier (STAPS-Université de Savoie Mont-Blanc, LIBM, Laboratoire Interuniversitaire de Biologie de la Motricité) sont les directeurs de ce doctorat.

Portant sur la motricité des artistes circassiens et la prévention des risques, la recherche allie trois approches scientifiques : biomécanique, proprioception et physiologie.

Image à la Une : Présentation du projet CircaPerf par Frédéric Puel lors de la journée de lancement de la chaire ICiMa au Cnac © Cnac

L’émersiologie, une philosophie du corps

Le professeur Bernard Andrieu est partenaire de la chaire ICiMa au sein de l’axe Geste & Mouvement. Il pilote le projet consacré au vécu corporel, axé sur la notion d’émersiologie, qu’il a créé et qu’il définit ainsi :

« L’émersiologie, comme écologie corporelle, étudie la langue du corps vivant dans l’éveil de nouvelles sensations jusqu’à la conscience sans que celle-ci l’ait désiré volontairement ni recherché délibérément dans une performance. Éveiller son corps vivant par des techniques du corps suppose de pouvoir l’activer en le plaçant dans des situations vivifiantes qui déconstruisent le schéma corporel habituel. Plutôt que de lâcher prise dans une situation de perte de contrôle il s’agit de déclencher l’émersion en laissant passer l’involontaire et l’inconscient tout en ne s’en délivrant pas dans une transe mais dans une danse, un mouvement majoritairement contrôlé ou dans une image de motricité libérée. » (extrait de la présentation du séminaire conduit par Bernard Andrieu à l’Université Paris-Descartes, Laboratoire TEC – Techniques et Enjeux du Corps)

Continuer la lecture de L’émersiologie, une philosophie du corps

Lancement de la chaire ICiMa

Deux journées de lancement de la chaire ICiMa ont eu lieu en mai dernier à Charleville-Mézières et Châlons-en-Champagne, réunissant de nombreux partenaires convaincus par ce projet commun.

12 mai 2016_01 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]A Charleville-Mézières, dans l’auditorium de la Médiathèque Voyelles où s’est tenue le 12 mai la cérémonie ouverte par Boris Ravignon, président de la Communauté d’Agglomération Ardenne Métropole, Raymond Weber, président de l’Institut International de la Marionnette (IIM), a rappelé l’engagement de nos deux structures dans le développement d’une synergie entre les différents acteurs du territoire, artistes professionnels, institutions du patrimoine, laboratoires universitaires mais aussi acteurs économiques et industriels et structures associatives.

À Châlons-en-Champagne, ce sont les locaux du Centre national des Arts du Cirque (Cnac), et notamment le cirque historique, qui ont accueilli la manifestation. La présidente du Cnac, Martine Tridde-Mazloum, a tenu à remercier l’ensemble des partenaires financiers, mais aussi les partenaires universitaires, les acteurs culturels, les entreprises et les acteurs de la société civile qui sont impliqués et se sont engagés pour la chaire ICiMa.
C46A0651
Les directeurs respectifs des deux institutions, Gérard Fasoli pour le cirque, et Eloi Recoing pour la marionnette, se sont exprimés sur les liens forts qui unissent recherche et création dans leurs écoles d’art et dans leurs visions pédagogiques. Ils ont rappelé que la recherche est au cœur même de chacune des deux institutions. Dans ce cadre, la chaire ICiMa leur semble être à même de faire évoluer les pédagogies des deux établissements.

Les titulaires de la chaire, Raphaèle Fleury (responsable du pôle Recherche et documentation de l’IIM) et Cyril Thomas (responsable de la recherche et du développement au sein du Cnac) ont ensuite retracé l’histoire du rapprochement de leurs structures : écoles nationales supérieures d’art, premières en France dans le domaine du spectacle vivant à s’être dotées de pôles Recherche (depuis 2012 à l’IIM et 2013 au Cnac), elles sont aussi toutes deux pôles documentaires associés à la Bibliothèque nationale de France. C’est en identifiant des enjeux communs mais aussi en faisant jouer leurs différences et complémentarités qu’elles en sont venues à définir une politique commune de recherche.

Insistant sur les enjeux artistiques, scientifiques et politiques de la création de la chaire ICiMa et sur les retombées pédagogiques, sociales et économiques attendues (prévention des risques, santé, éco-conception, recyclage, prototypage, nouvelles écritures, valorisation du patrimoine, rayonnement international etc.), ils ont réaffirmé leur volonté de contribuer à tisser des liens entre la société, le monde de la recherche et les acteurs de la création, artistes et publics.

12 mai 2016_20 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]

Cette contextualisation de la création du dispositif a été suivie d’une présentation des différents chantiers de la chaire ICiMa qui se structure en trois grands axes :

Axe 1 : MATÉRIAU

Axe 2 : GESTE ET MOUVEMENT

Axe 3 : TERMINOLOGIE MULTILINGUE 

Les prises de parole de nombreux partenaires au cours de ces deux cérémonies ont permis d’illustrer la richesse et le dynamisme des échanges qui se sont déjà ouverts avec la création de ce dispositif.

A Charleville-Mézières, Serge Rohmer, enseignant-chercheur à l’Université de Technologie de Troyes et David Girondin-Moab, artiste marionnettiste, directeur artistique de la Cie Pseudonymo (Reims) ont notamment témoigné de leur engagement enthousiaste et des perspectives qu’ouvrent pour eux les recherches menées conjointement sur le pliage et le froissage structuré ainsi que sur le cycle de vie des matériaux du spectacle vivant.  12 mai 2016_23 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]

Françoise Canon-Roger, professeure en linguistique au sein du laboratoire CIRLEP de l’Université de Reims Champagne Ardenne a exposé brièvement les enjeux et méthodes de recherche terminologique, après de courtes improvisations des étudiants de l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette (ESNAM) donnant à entendre quelques éléments du vocabulaire de la marionnette à gaine et de la nécessité de ce chantier de recherche historique et multilingue.

D’autres étudiants sont également venus témoigner à partir de films, de schémas et de démonstrations, des difficultés techniques qu’ils ont pu rencontrer lors de la construction de marionnettes à fils.12 mai 2016_28 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]                     12 mai 2016_32 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]

Ces témoignages ont permis d’ouvrir le dialogue avec Hervé Bonnefoy, de l’IFTS (URCA) et Nicolas Gardan de la plateforme de Recherche et Développement DINCCS de  Micado (Charleville-Mézières), motivés à l’idée de se pencher sur la recherche de solutions techniques à des problèmes dramaturgiques et de mettre en partage leurs savoir-faire avec ceux d’artistes.

A Châlons-en-Champagne, plusieurs élus et acteurs locaux et régionaux ont pu témoigner de leur enthousiasme pour la construction de cette chaire qu’ils soutiennent activement : Monsieur Benoîst Apparu, Député-Maire de Châlons-en-Champagne, Monsieur Olivier Duperon, vice-président de l’Université Reims Champagne-Ardenne (URCA), Monsieur Bruno Bourg-Broc (président de la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne), Monsieur René-Paul Savary (Président du Conseil départemental de la Marne) et Monsieur Charles Desservy (Directeur du pôle Création, DRAC Alsace – Champagne-Ardenne – Lorraine) ont souligné la dimension novatrice, l’inventivité et la pertinence du dispositif qui favorise les interactions entre recherche académique et monde de l’art, en rappelant l’importance qu’il y a à rendre cette recherche visible et utilisable par le plus grand nombre.

L’après-midi, qui s’est déroulée sur la piste du cirque historique, a permis de présenter au public l’état de différents chantiers de la chaire, sous forme de conférences ponctuées d’interventions des étudiants de la 28e promotion du Cnac.

P1020896bisBernard Andrieu, professeur à l’université Paris Descartes, a illustré ses recherches sur le concept d’émersiologie et les gestes parasites grâce aux démonstrations d’étudiants circassiens filmés avec des caméras GoPro positionnées sur leur propre corps.

P1020953bis

P1020932bis

Haruka Okui, post-doctorant de l’université P1020968bisde Kyoto, a présenté une hypothèse pour l’analyse du corps dans l’acte et l’apprentissage des arts du cirque, qui fait suite à sa recherche menée sur l’art de la marionnette japonais de l’île d’Awaji.

P1030046bisWilliam Bertucci et Frédéric Puel, maîtres de conférence en STAPS à l’URCA, ont invité les étudiants et enseignants circassiens à les suivre dans leur programme de recherche sur la biomécanique et la préparation physique pour les acrobates et les marionnettistes.

P1030022bisKatrin Wolf a ensuite initié les spectateurs à la notation Benesh pour les arts du cirque. Grâce à la complicité des étudiants du Cnac, la choréologue a expliqué les grands principes de la notation et son application dans le cas d’une reprise de rôle : en lisant la partition spécifiant une suite de mouvements techniques, un étudiant de la 28e promotion a pu rejouer un numéro de sangles réalisé en 2015 par un étudiant de la promotion précédente.P1020997bisP1030026bisLa journée s’est terminée par la visite commentée par Pascal Jacob des « Premières accroches », un aperçu de la très belle collection Jacob/William en dépôt au Cnac.

Ces cérémonies de lancement ont finalement reflété l’énergie et l’enthousiasme que suscitent les différents chantiers de recherche de la chaire ICiMa chez les partenaires du territoire. Chercheurs, artistes, politiques, tous ont souligné l’efficience du dispositif au regard des premiers travaux effectués depuis début janvier, et exprimé leur impatience quant à la mise en œuvre des résultats attendus de ces recherches, aussi bien sur le plan de la santé, que sur le plan économique, l’acquisition de nouvelles connaissances, le partage des savoirs et savoir-faire, que pour l’exploration de nouveaux possibles artistiques. Les nombreuses collaborations qui s’amorcent grâce à ce dispositif constituent un premier pas dans la construction d’un réseau dynamique au sein de la région Grand Est, entre acteurs des domaines artistiques, culturels, économiques et industriels.

Mathilde Christmann et Julie Postel

Crédits photos : Christophe Loiseau pour l’IIM (à Charleville-Mézières) et Patricia Hardy et Mathilde Christmann pour le Cnac (à Châlons)

Proposition de thèse CircaPerf-Motricités circassiennes, GRESPI (URCA)

La chaire ICiMa est partenaire de l’UFR STAPS de l’URCA (Université Reims Champagne-Ardenne) pour la recherche en biomécanique menée par le Professeur William Bertucci et son équipe (GRESPI).

Développée au sein de l’axe Geste & Mouvement, cette recherche porte sur la prévention des risques pour les artistes marionnettistes et circassiens par la mise en place de méthodes de préparation physique spécifiques alliant apports de connaissances et exercices pratiques.

Un partenariat entre le Cnac, le GRESPI (URCA) et le LIBM (USBM) permet de recruter à la rentrée prochaine un doctorant pour la rédaction d’une thèse financée par l’URCA et la Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne : « Motricités circassiennes : optimisation biomécanique et neuromusculaire de la performance et prévention de la santé des artistes » (CircaPerf).

L’annonce du recrutement est en ligne sur le site de l’École Doctorale Sciences Technologies Santé.

 

Image à la une : Nicolo Bussi – Accro-Jonglages,
29e promotion, 2015 © Bernard Andrieu

Un dispositif de recherche porté par le Centre National des Arts du Cirque (Châlons-en-Champagne) et l'Institut International de la Marionnette (Charleville-Mézières)