Textiles innovants : optimisation de la performance par la protection des artistes et l’amélioration du confort lors de la réalisation de figures techniques

Axe 1 – Chantier 3

Développement d’un vêtement de protection pour les agrès de cirque en partenariat avec l’Institut Français du Textile et de l’Habillement de Troyes (IFTH).

Contexte et enjeux :

Dans le domaine des arts du cirque, la démarche de prévention des risques doit débuter le plus tôt possible pour les étudiants comme pour les enseignants. Elle doit être intégrée dès l’apprentissage des techniques sur certains agrès et se joue aussi bien au niveau des accroches que de l’habillement. Pour ce qui concerne les risques liés aux brûlures et échauffements, elle passe aussi par la conception de vêtements d’entraînement innovants adaptés à la morphologie spécifique des acrobates et à leurs disciplines. Aux enjeux de prévention s’ajoute un problème esthétique : il s’agit de trouver une solution alternative discrète afin de protéger les zones à risque.

Constatant que, pour limiter les brûlures ou les frottements, les étudiants comme les professionnels superposent plusieurs couches de vêtements en coton ou détournent des protections initialement utilisées par les sportifs (coudières, genouillères, chaussettes de football, etc.), le Cnac a sollicité l’IFTH, en partenariat avec le Club du Textile Intégral, pour réaliser un prototype de vêtement d’entraînement limitant l’abrasion et les brûlures sur la peau, qui puisse également être porté sous un costume pendant les représentations. Nous commencerons par analyser spécifiquement  trois agrès de cirque : la corde lisse, les sangles  et le mât chinois, qui sont les disciplines circassiennes les plus exposées aux déchirures de vêtements, aux frottements voire aux brûlures de la peau.

La recherche :

Cette recherche nécessite en premier lieu de prendre conscience des spécificités corporelles des acrobates sur leurs agrès (à l’aide de croquis et de schémas et en sollicitant les étudiants et les enseignants). On doit également mesurer les zones de frottement et de brûlures sur un corps en mouvement, lors de la réalisation de figures techniques. Parallèlement, les chercheurs de l’IFTH effectuent des tests de frottement sur une palette de matières synthétiques offrant une bonne résistance à l’abrasion, comme le polyamide ou le polyester. Des tests préalablement effectués ont en effet permis de déterminer les matériaux ainsi que la technologie de façonnage la plus adaptée : cette dernière est le SEAMLESS, qui a la particularité d’offrir un tube tricoté en rond, restreignant le nombre de coutures latérales, ce qui permet de limiter le risque de déchirure. À ce stade de la recherche, la structure du vêtement tricoté est en jersey. Des tests sont réalisés tout au long du premier semestre 2016 sur diverses autres structures qui ont été pré-sélectionnées en fonction de leur résistance. Pour étudier le transfert de chaleur au niveau de la protection textile, deux types de tests sont effectués. Tout d’abord, une caractérisation thermique du textile de protection, afin d’étudier les propriétés des textiles de protection en termes d’isolation et de transfert de chaleur, puis une étude de l’évolution de la température au travers du textile de protection, au moyen d’une caméra infrarouge, en simulant le frottement subi lors de l’utilisation par les artistes. Il en résulte une double contrainte à dépasser : les mesures thermiques montrent en effet que la chaleur ressentie au niveau du corps est une combinaison entre la chaleur produite par le frottement et transmise par conduction à travers le textile de protection, et la chaleur produite par le frottement direct du textile de protection avec la peau.

D’autres tests seront effectués par la suite afin d’évaluer la fiabilité du prototype et on procédera, en collaboration avec les chercheurs et les enseignants du Cnac, à des essayages en situation réelle pour estimer la solidité du prototype lors d’enchaînements de figures techniques. Il sera nécessaire de recueillir les expériences non seulement des enseignants et des acrobates mais aussi des costumières qui peuvent intervenir dans le cadre de la formation initiale au Cnac. Ceci permettra d’établir un socle de connaissances pour compléter les données sur le vêtement d’entraînement et ainsi de faire évoluer les pratiques circassiennes.

Dans le prolongement de cette recherche, on souhaite également étudier la possibilité de remédier aux blessures liées aux frottements et à la diffusion de la chaleur des matériaux pour les mains des marionnettistes, en situation de manipulation et pendant les étapes de construction, sans entraver la précision de gestes très minutieux.

Partenaires et collaborateurs :  

  • Club Textile Intégral de Troyes
  • ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre), Lyon
  • IFTH, Institut Français du textile et de l’habillement, Troyes

Productions attendues :

  • prototype de bandes et vêtements
  • rapports et mesures liés à l’abrasion et aux transferts de chaleur

Calendrier  :

  • 2016-2017 : Tests en laboratoire sur des échantillons de matériaux (cordes, sangles, etc.) pour cibler les frottements ou glissements du corps par rapport au support.
    Puis phase de tests et essais sur diverses morphologies d’acrobates aux mâts chinois et à la corde.  Rassembler un recueil d’entretiens avec des costumiers.
  • 2017 : Journée d’étude avec l’ENSATT

Image à la Une :  Over the cloud – Spectacle de fin d’études – 26e promotion du CNAC © Christophe Raynaud de Lage

Un dispositif de recherche porté par le Centre National des Arts du Cirque (Châlons-en-Champagne) et l'Institut International de la Marionnette (Charleville-Mézières)